Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 22:30

 Bienheureux Honorat de Biala Podlaska KOZMINSKI

Nom: KOZMINSKI

Prénom: Florent Venceslas Jean

Nom de religion: Honorat de Biala Podlaska

Pays: Pologne

Naissance: 16.10.1829  à Biala Podlaska

Mort: 16.12.1916  à Nowe Miasto

Etat: Prêtre - Capucin - Fondateur

Note: Capucin en 1848. Prêtre en 1852. Prédication, direction spirituelle. Sous la persécution tsariste, il fonda plus de 20 associations et congrégations que l'épiscopat polonais décida de réorganiser en 1908, le P. Honorat étant écarté de leur direction.

Béatification: 16.10.1988  à Rome  par Jean Paul II

Canonisation:

Fête: 16 décembre

Réf. dans l’Osservatore Romano: 1988 n.44

Réf. dans la Documentation Catholique: 1988 p.1173

Notice

Florent Venceslas Jean Kozminski naît en 1829 dans la ville de Biala Podlaska en Pologne. La piété de ses parents marque son éducation. À 15 ans, il entre à l’école des Beaux-Arts, à l’université où professe son père car il l’imite en tout et désire être comme lui architecte, mais celui-ci meurt l’année suivante et dès lors, Venceslas subit la mauvaise influence de ses camarades ; il abandonne la pratique religieuse et devient même hostile. C’est l’époque où les Russes dominent le pays. Une révolte contre eux ayant échoué en 1846, Venceslas est accusé d’avoir pris part à la conspiration. Faussement. Mais il est tout de même mis en prison. Détention terrible, au cours de laquelle il contracte une maladie. Cela le plonge dans de profondes réflexions. Il est d’abord tenté contre toute forme de croyance, catholique ou non, mais, en la fête de l’Assomption, le 15 août 1846, il retrouve d’un coup sa foi. Il en attribue la grâce à la sainte Vierge, ainsi qu’aux prières de sa mère. Après une année de détention, il est libéré. Il se confesse publiquement de son apostasie passée et, ne s’arrêtant pas en si bon chemin, il entre chez les Capucins en 1848 et prend le nom d’Honorat de Biala Podlaska. Quatre ans plus tard, il est ordonné prêtre. Nommé gardien du couvent de Varsovie, il exerce un intense ministère dans les alentours comme confesseur, prédicateur et visiteur des prisons. Avec l’aide de Maria Angela Truszkowska, il fonde les sœurs Féliciennes. Pour susciter la piété des fidèles, il fonde aussi de nombreux Cercles du ‘Rosaire vivant’. Sa piété mariale est inspirée du “Totus tuus” du Père de Montfort 2 , invocation qu’il répète souvent.

Une nouvelle insurrection ayant éclaté (1863-1864) le pouvoir tsariste réagit ; il fait régner une terreur policière et supprime tous les couvents. Les Capucins chassés de Varsovie s’établissent à Zakroczin où ils sont soumis à une étroite surveillance. Comme on leur interdit tout ministère à l’extérieur, le Père Honorat pratique un ministère intra muros, prêchant, faisant de la direction spirituelle et pratiquant le ministère de la confession jusqu’à l’héroïsme. Il s’intéresse avec prédilection aux jeunes qui, comme lui autrefois, s’éloignent de l’Église. Il a le don du discernement, spécialement pour les vocations. Beaucoup lui demandent comment entrer en religion ; et surtout, beaucoup désirent faire vœu de chasteté. Mais le gouvernement russe, lié à l'Église orthodoxe, s’emploie à affaiblir l’Église catholique et il est interdit aux religieux de recevoir des novices. Le Père Honorat expose alors ce principe qui le guidera désormais : « La vie religieuse pour les femmes et les hommes est une institution divine, donc elle ne peut être supprimée, car sans elle, l’Évangile ne serait pas réalisé, elle peut donc et doit donc seulement changer de forme. » S’inspirant du Tiers-ordre franciscain, le Père conseille de faire des vœux tout en restant chez soi et de vivre ainsi en religieux, se livrant comme eux à toutes sortes d’apostolat, mais incognito et sans habit distinctif. C’est une anticipation des Instituts séculiers. Il crée ainsi vingt-six associations. En 1887, il fonde à Varsovie, avec Marie Françoise Witkowska, les “Sœurs du Saint Nom de Jésus”. Le Père Honorat décide de placer toutes ses œuvres sous l’autorité des évêques, mais en cette période de persécution, l’épiscopat hésite. Néanmoins, quand la pression des Russes se relâche un peu en 1905, les évêques acceptent de superviser ces associations ; et du coup, ils en changent la forme. Le Père Honorat, essayant de défendre l’esprit de ses œuvres, est mis à l’écart de la direction de celles-ci. Loin de se révolter, il écrit à ses fidèles amis : « Le Vicaire du Christ lui-même nous a révélé la volonté de Dieu et j’exécute cet ordre avec la foi la plus grande… Rappelez-vous, vénérables frères et sœurs, que se présente à vous l’occasion de démontrer l’obéissance héroïque à la sainte Église. » Dès lors, et jusqu’à sa mort, le Père Honorat continue son ministère du sacrement de la réconciliation. Il est aussi Commissaire général des Capucins de Pologne. Il a une abondante activité littéraire et enseigne la théologie ascétique.

On peut dire que toute sa vie fut marquée par des souffrances physiques et morales. Frappé par une douloureuse maladie, il meurt en 1916. Mais, comme le grain tombé en terre, il porte beaucoup de fruits. Aujourd’hui encore, dix-sept associations inspirées de sa spiritualité œuvrent dans dix-neuf pays sur quatre continents.

  .......................................................................................


OJCIEC HONORAT KOŹMIŃSKI

(kapucyn)

 

            Ojciec Honorat Koźmiński (imię chrzestne Wacław), urodził się 16 października 1829 roku, w Białej Podlaskiej, jako drugi syn w rodzinie Stefana i Aleksandry. Miał jeszcze dwie młodsze siostry. W 1940 roku, rodzina przeniosła się do Włocławka. W Płocku Wacław uczęszczał do gimnazjum. Mając 15 lat, stracił wiarę.

Podczas studiów w Warszawie posądzony o udział w spisku, w 1846 roku, został aresztowany przez policję carską. W celi więziennej X pawilonu Cytadeli przebył ciężką chorobę tyfusu i głębokie doświadczenie wewnętrzne. Sam napisał o tym, że Jezus przyszedł do mnie do celi więziennej i łagodnie do wiary doprowadził.

Dnia 8 grudnia 1848 roku, wstąpił do Zakonu Ojców Kapucynów w Warszawie. Dnia 27 grudnia 1852 roku, otrzymał święcenia kapłańskie.

W latach 1853-1864 pracował w Warszawie. Powszechnie był znany jako wybitny kaznodzieja, spowiednik i kierownik dusz. Propagował koła Żywego Różańca i III Zakon Franciszkański. W 1864 roku, po skasowaniu klasztoru warszawskiego, razem ze swymi współbraćmi został wywieziony do klasztoru w Zakroczymiu. W odosobnieniu zajął się pogłębieniem własnego życia wewnętrznego, co wyraził w postanowieniu: „Chcę być świętym z jakakolwiek ofiarą”.  Wiele godzin poświęcał na adorację Najświętszego Sakramentu, rozważanie Ewangelii i pracę w konfesjonale. W ukrytym życiu Jezusa i Maryi w Nazarecie, odnalazł wzór dla nowej formy życia zakonnego. Stąd zapoczątkował na ziemiach polskich formę życia zakonnego ukrytego – bez habitu i oznak zewnętrznych.

W 1892 roku, po zamknięciu klasztoru w Zakroczymiu, Ojciec Honorat przybył do Nowego Miasta nad Pilicą. Stąd odszedł do Pana w opinii świętości, dnia 16 grudnia 1916 roku.

Ojciec Honorat był kapłanem i zakonnikiem wrażliwym na potrzeby ludzi. Odznaczał się heroiczną miłością Boga i bliźniego. Bezgraniczną miłością kochał Maryję i naśladował Jej cnoty.

Z Jego inicjatywy powstało 26 nowych Zgromadzeń zakonnych, zdecydowana większość z nich to niehabitowe. (Były to czasy kasaty zakonów.) Obecnie istnieje 17.

Wiele czasu poświęcał pracy pisarskiej, tworzył dzieła o charakterze ascetycznym.

Ojciec Święty Jan Paweł II., w Rzymie dn. 16 października 1988 roku, dokonał Jego beatyfikacji.

W 1992 roku, Bł. O. Honorat Koźmiński został ustanowiony patronem Diecezji Łowickiej, a w dniu 11 października 1997 roku, został ogłoszony patronem Nowego Miasta nad Pilicą

Biskup Alojzy Orszulik, dn. 2 lutego 2001 roku, wydał Dekret, mocą którego ustanowił Sanktuarium bł. O. Honorata Koźmińskiego w Kościele Ojców Kapucynów, w Nowym Mieście nad Pilicą.

Obecnie toczy się Jego proces kanonizacyjny.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Soeurs Franciscaines de N Dame des Douleurs - dans Biographie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Congrégation des Soeurs Franciscaines
  • Congrégation des Soeurs Franciscaines
  • : Congrégation vouée au service des malades,fondée en Pologne en 1881.Diffuse en permanence L'apostolat dans différents pays.
  • Contact

Bienvenue-Witamy

 Pieta-01.jpg         Bonjour à tous -Witamy         
Bienvenue à tous et à toutes .Merci pour votre passage sur notre site.La congrégation des soeurs Franciscaines de Notre dame des Douleurs oeuvre avec volonté et acharnement pour soulager et accompagner les plus meurtris par la vie,en leur prodiguant les soins physiques et spirituels nécéssaires à leur bien-être.

Dziękujemy wszystkim odwiedzającym nasze stronice internetowe za poświecony czas na przeglądnięcie artykułów i zapoznanie się z naszym posłannictwem i misją w Kościele. Zgromadzenie Córek Matki Bożej Bolesnej zgodnie z charyzmatem Założycieli stara się służyć i pomagać ubogim,chorym i cierpiącym.
Zgromadzenie świadome ogromu pracy w tej dziedzinie, przychodzi z pomocą potrzebującym. Podejmuje dzieła z przekonaniem i oddaniem aby w miarę możliwosci poprawić i stworzyć lepsze warunki życia człowieka. 

Centre de soins infirmiers

      
Centre de soins infirmiers des Sœurs

29, rue du Marché
95160 Montmorency
Tel:01.39.64.75.40


Permanence au Centre:
de: 12h à 12h30
      16h à 17h
      19h à 19h30
Soins infirmiers à domicile sur RV

Place des Victimes du V2

95170 Deuil la Barre

Tel :01.39.83.15.52

 

Permanence :

de :   12h à 12h30

et de: 18h à 18h 30
Samedi et Dimanche sur RV

Soins infirmiers à domicile

Sur RV

Messes à Deuil et Montmorency

Messes dominicales à Deuil la Barre
Samedi à 18 h à Notre Dame

dimanche à 9h.30 
en l'église Notre Dame
Place des Victimes du V2
à 11h
en l'église Saint Louis
10 rue du Chateau

 

Messes dominicales à Montmorency

samedi à 18h30 à la Collégiale

dimanche à 10h

en l'église St.François

à 11h15

à la Collégiale

Visit from 10/09/07