Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 21:31

 

  0b36a9bba647c557d20bd4897c901892

 

 

On n’est jamais contemporain de l’invisible. Ce n’est qu’après coup, longtemps après que l’on devine qu’il s’est passé quelque chose.

Chapelle d’Oswiecim : ma famille est assise à côté de moi. Le Saint Sacrement est exposé mais il n’y a que moi qui sait ce qu’Il signifie. Tout près de nous, « Matka » nous regarde. C’est pour la rencontrer que je suis venue ici, pour la faire découvrir à ma famille qui n’est pas croyante. Je suis persuadée que son exemple les touchera, je veux leur presenter celle est qui devenue « ma Mère » le jour où je suis entrée dans la congrégation, il y a trois ans.

Depuis la béatification de celle que nous appelons en polonais « Matka », c’est à dire Mère, un autel lui est consacré, ses reliques sont proposées à la vénération dans la chapelle de la maison-mère d’Oswiecim qu’elle a construite de ses mains il y a près de 120 ans.

Ce n’est qu’après coup que j’ai deviné qu’il s’était passé quelque chose pendant cette visite familiale. Quelque chose d’infiniment subtil, peut-être la trace du premier don recu grâce à l’intercession de Mère Malgorzata.  

J’ai alors commencé à regarder « l’invisible » autrement, en empruntant le regard de Matka, en cherchant dans chaque évènement la trace de l’amour de Dieu. Matka, à la fin de sa vie répétait souvent : « comment ne pas aimer ce Dieu qui me donne tant de preuves de son amour véritable ». Tant de preuves d’amour véritable.

C’est ainsi qu’il convient d’appeller ce que nous avons vécu pendant la béatification de notre Mère Fondatrice et surtout les jours, mois qui suivirent : preuves d’amour véritable.

« J’ai sentie dans ta voix, une certaine fierté », me fait remarquer l’une de mes soeurs lorsque je répond à sa question « Comment ai-je vecu la béatification ?». Jai souvent repensé a cette remarque. Etais-je fière ce jour-la ? Cet évènement fut au-delà de la joie et de l’enthousiasme éprouvés au moment de la lecture de l’acte de béatification lors de la messe du 9 juin dernier à Cracovie. Cet évènement unique est comme invisible au moment où il se déroule. Ce n’est qu’ensuite que l’on goute ses fruits. Ce n’est pas tant de la fierté que j’ai ressenti mais plutôt la confirmation de la valeur de ma vocation et l’importance de témoigner du Christ.  

Mère Malgorzata a toujours été avec nous, Serafitki, dans chaque oeuvre que nous entreprenons. Pour moi, sa béatification ne la rend pas d’avantage présente. Elle accompagne chacune de ses filles au quotidien depuis 130 ans que la congrégation existe, nous soufflant au coeur « Là où il doit y avoir le plus de gloire, là aussi il y aura d’avantage de difficultés ». J’ai accueillie cet évènement plutôt comme un devoir pour nous, un appel à vivre selon son esprit et à nous en remettre, comme elle le faisait souvent, à la Providence Divine. Ce cadeau nous est donné à nous, ses filles spirituelles et à toute l’Eglise afin que nous puissions redécouvrir son héritage. Matka n’a pas laissé de grands écrits derrière elle mais seulement une oeuvre. L’Oeuvre de toute une vie : la Congrégation de Notre-Dame des Douleurs, soit plus de 600 soeurs qui travaillent chaque jours, en Pologne et dans le monde, à soulager les besoins des plus nécessiteux selon l’esprit de Saint Francois d’Assise, dans les hopitaux, les centres de soins spécialises, les écoles, les paroisses.  

 Lors de la messe de béatification, une personne m’a sauté au coup en me félicitant et me disant que j’étais un bel exemple. Ce n’est pas moi qui l’avait touché mais la figure de notre Mère. Et comme je porte le même habit qu’elle, elle m’encourageait moi, à être sel de la terre et lumière du monde. Soudain ma présence et mon engagement me sont devenus concrets. Ils ont pris en sens nouveau. Aujourd’hui, en tant que Serafitki, nous avons un défi a relever. Nous sommes invitées à être des outres neuves afin qu’en nous puissent couler un vin nouveau, une nouvelle qualité de vie, un amour renouvelé.

Matka ne gardait rien pour elle. Elle n’a rien construit pour elle-même mais « tout pour Jésus par le coeur douloureux de Marie ». C’est notre devise. Il s’agit de vivre ainsi. En outres neuves, prêtes à accueillir et ensuite à distribuer, prêtes à être maléable comme la glaise entre les mains du potier mais aussi fortes dans les épreuves comme l’argile dans les flammes. Chaque jour, experimenter une telle vie est un défi surtout lorsqu’on débute dans la vie religieuse. Mais je sais que notre Mère fut la première d’entre nous à vivre ainsi et je sens sur moi son regard aimant et bienveillant, sévère et exigeant. Maternel.  

 Les montagnards disent que celui qui escalade les somments doit aussi savoir vivre au quotien dans les plaines avec l’esprit de la montagne. Aujourd’hui, comme une montagnarde dans les plaines, j’essaie de vivre de ce que la béatificiation a permis de redecouvrir. On n’est jamais contemporain de l’invisible. Trois mois après, les permières grâces reçues par l’intercession de Matka sont à accueillir par ceux qui les désirent et osent les demander.

Et nous ses filles, nous répondons à son appel à nous engager d’avantage, encore plus radicalement dans son oeuvre. «  Ne regrettez pas de vous sacrifier ». Je porte en moi cette phrase de notre Mère comme l’on porte sur soi un scapulaire. Elle m’invite à vivre mon appel sans limite, à avancer au large et à y lacher mes filets. L’esprit libéré et le coeur nouveau, je souhaite faire confiance comme notre Mère faisait confiance à Dieu. Souvent aux pieds de la croix, en tant que Fille de Notre Dame des Douleurs, je demande à Matka d’intercéder pour moi, afin d’être digne de ma vocation. Et au fond de moi, je sais que quoi qu’il arrive, les grâces reçues du calvaire sont les meilleures.

 

 

S.Elia mini-14255427 x 

Partager cet article

Repost 0
Published by Soeurs Franciscaines de N Dame des Douleurs - dans Mère Fondatrice-Matka Zalozycielka
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Congrégation des Soeurs Franciscaines
  • Congrégation des Soeurs Franciscaines
  • : Congrégation vouée au service des malades,fondée en Pologne en 1881.Diffuse en permanence L'apostolat dans différents pays.
  • Contact

Bienvenue-Witamy

 Pieta-01.jpg         Bonjour à tous -Witamy         
Bienvenue à tous et à toutes .Merci pour votre passage sur notre site.La congrégation des soeurs Franciscaines de Notre dame des Douleurs oeuvre avec volonté et acharnement pour soulager et accompagner les plus meurtris par la vie,en leur prodiguant les soins physiques et spirituels nécéssaires à leur bien-être.

Dziękujemy wszystkim odwiedzającym nasze stronice internetowe za poświecony czas na przeglądnięcie artykułów i zapoznanie się z naszym posłannictwem i misją w Kościele. Zgromadzenie Córek Matki Bożej Bolesnej zgodnie z charyzmatem Założycieli stara się służyć i pomagać ubogim,chorym i cierpiącym.
Zgromadzenie świadome ogromu pracy w tej dziedzinie, przychodzi z pomocą potrzebującym. Podejmuje dzieła z przekonaniem i oddaniem aby w miarę możliwosci poprawić i stworzyć lepsze warunki życia człowieka. 

Centre de soins infirmiers

      
Centre de soins infirmiers des Sœurs

29, rue du Marché
95160 Montmorency
Tel:01.39.64.75.40


Permanence au Centre:
de: 12h à 12h30
      16h à 17h
      19h à 19h30
Soins infirmiers à domicile sur RV

Place des Victimes du V2

95170 Deuil la Barre

Tel :01.39.83.15.52

 

Permanence :

de :   12h à 12h30

et de: 18h à 18h 30
Samedi et Dimanche sur RV

Soins infirmiers à domicile

Sur RV

Messes à Deuil et Montmorency

Messes dominicales à Deuil la Barre
Samedi à 18 h à Notre Dame

dimanche à 9h.30 
en l'église Notre Dame
Place des Victimes du V2
à 11h
en l'église Saint Louis
10 rue du Chateau

 

Messes dominicales à Montmorency

samedi à 18h30 à la Collégiale

dimanche à 10h

en l'église St.François

à 11h15

à la Collégiale

Visit from 10/09/07