Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 16:49

2ffa910a82dd3195d7ffef5927c44afe

 

https://www.youtube.com/watch?x-yt-ts=1421828030&v=lrIIQ0nWvH0&x-yt-cl=84411374#t=23

31/03/2014


Torturée par un médecin de la Gestapo, la résistante catholique et pianiste Maïti Girtanner, connue pour avoir pardonné au nom de sa foi à celui qui fut son bourreau pendant la seconde guerre mondiale, est décédée le 28 mars dernier, à l’âge de 92 ans.
 
Maïti Girtanner avait 21 ans quand elle a été arrêtée par la Gestapo. Les sévices qu’elle va subir marqueront à jamais son corps, conditionneront toute sa vie, l’obligeant à renoncer à tous ses projets, en particulier à sa carrière de pianiste. (cf. sa vie sur Jeunes-cathos)
 
A 75 ans, elle a fait le récit bouleversant du pardon que son tortionnaire mourant est venu chercher auprès d'elle, 40 ans plus tard. Elle se souvient qu'elle parlait de Dieu, de sa foi en un « Dieu qui les aime d’un amour fou et vers lequel nous allons », quand elle était sa prisonnière.
 
Réalisée par Le Jour du Seigneur, ci-dessus la vidéo de ce témoignage touchant et édifiant,  à entendre et à réentendre pour en tirer le message le plus fort de l’évangile : « Pardonnez à vos ennemis ».
 
Retrouvez également Maïti Girtanner dans un entretien hors du commun réalisé par Véronique Azieu, en février 2005, et reproposé dans l’émission « Grand Témoin ». En toile de fonds : des musiques enregistrées avant la guerre : c’est Maïti qui joue du piano ! Le récit commence en 1940, quand elle a 18 ans, est réfugiée avec sa famille dans le Poitou :
http://www.rcf.fr/radio/rcfnational/emission/142280/814539
 
I.C

 

« Même les bourreaux ont une âme », le témoignage de Maïti Girtanner

Quarante ans après la guerre, son bourreau veut la voir. Maïti Girtanner vient de livrer son témoignage dans un livre intitulé « Même les bourreaux ont une âme » publié aux éditions CLD. Nous vous proposons de découvrir cette vie marquée par des pardons exceptionnels.

« Je ne veux pas faire de ma vie une tragédie. »

© DR

Pourtant Maïti a pensé au suicide pendant des années. Mais une présence l’habitait. Celle du Dieu de sa jeunesse qui lui a donné de traverser l’horreur et de pouvoir relire sa vie à la lumière d’une autre Passion, celle du Christ.

Nous l’imaginons bien sur sa bicyclette, pédalant dans la campagne, sous le nez des Allemands, portant à l’un des nouvelles, à l’autre des armes … Le nez en l’air, fière et altière, jeune et belle, un rien insouciante et animée d’un très grand désir de vie. Les Allemands sont là, à la limite de la Vienne, de l’autre côté c’est la zone libre. Nous sommes en juin 1940, le Vieux Logis, la vieille maison familiale de Maïti est réquisitionnée.

Maïti a perdu son père à l’âge de 3 ans, elle grandit auprès de son grand-père, musicien, compositeur et professeur au Conservatoire de Paris. Il découvre en elle de réelles dispositions pour le piano. A 12 ans, elle interprète son premier vrai grand concert ; une carrière des plus prometteuses s’ouvre devant elle. Depuis cette époque, elle demandait au Seigneur : « Si c’était là qu’Il voulait que je parle de Lui en jouant du piano … et je me laissais porter par la musique. » L’enfant a déjà une relation d’intimité et de confiance avec le Seigneur.
« J’avais compris que la Vérité était une Personne, Jésus Christ. Et cela me brûlait de transmettre et de proclamer cette vérité. »

Mais, à 18 ans les Allemands sont chez elle, et Maïti non seulement entre en Résistance, mais fonde son propre réseau : « J’ai créé un petit groupe de résistants, presque tous étudiants, donc parfaitement insoupçonnables… » : traversées de la Vienne en barque pour aider des clandestins à passer en zone libre, récupérer des cartes d’état major de la région de Dunkerque, pour Londres où s’organise le débarquement, des kilomètres à bicyclette pour passer des informations, falsifier des papiers … tous les risques et toujours avec une « peur au ventre. »
Elle aime à se dire « petite fourmi de la Résistance », parmi tant d’autres avec elle.

Enfin, Maïti est réquisitionnée pour jouer du piano lors d’une soirée organisée par le chef de la Gestapo de Paris. A la fin du concert, elle « marchande » : son salaire contre la libération de deux ou trois de ses camarades. Six ou sept fois, Maïti a l’audace de formuler cette demande et d’obtenir la libération de ses amis « insoupçonnables, arrêtés par erreur ».

Fin 1943, elle-même est arrêtée.
Le même chef de la Gestapo croit à une erreur ; mais le voile se déchire, et il découvre qui est la petite pianiste ! «Orgueil blessé à mort d’avoir été berné par une gamine, d’où une punition exemplaire : transfert dans un lieu secret de représailles (…) où les médecins-bourreaux s’acharneront à faire le plus de dégâts possible … Ce fût la découverte, à 21 ans, de l’horreur de la souffrance infligée par des médecins qui savaient ce qu’ils faisaient. »

Laissée pour morte, elle est sauvée par la Croix Rouge.
Elle reste 8 ans hospitalisée, ne peut plus jouer du piano, et vit dans un état de souffrance jour et nuit.

Mais à 75 ans, Maïti témoigne par sa vie « que le mal n’est pas vainqueur. » Quarante ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, son bourreau, un médecin nazi, débarquait à Paris. Il voulait la voir.
Ce sont les convictions chrétiennes de Maïti qui l’ont poussée à pardonner à cet homme dont les sévices l’ont pourtant handicapée à vie, lui interdisant à jamais de reprendre le piano.

Voici trois points de son parcours pour nous aider à entrer dans le témoignage exceptionnel d’une âme qui va jusqu’au bout d’elle-même.

Tous les extraits de cette présentation sont tirés du livre Résistance et Pardon, Maïti Girtanner, texte intégral, avec ajouts, et du film de Michel Farin, S.J., 1998

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Soeurs Franciscaines de N Dame des Douleurs - dans Biographie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Congrégation des Soeurs Franciscaines
  • Congrégation des Soeurs Franciscaines
  • : Congrégation vouée au service des malades,fondée en Pologne en 1881.Diffuse en permanence L'apostolat dans différents pays.
  • Contact

Bienvenue-Witamy

 Pieta-01.jpg         Bonjour à tous -Witamy         
Bienvenue à tous et à toutes .Merci pour votre passage sur notre site.La congrégation des soeurs Franciscaines de Notre dame des Douleurs oeuvre avec volonté et acharnement pour soulager et accompagner les plus meurtris par la vie,en leur prodiguant les soins physiques et spirituels nécéssaires à leur bien-être.

Dziękujemy wszystkim odwiedzającym nasze stronice internetowe za poświecony czas na przeglądnięcie artykułów i zapoznanie się z naszym posłannictwem i misją w Kościele. Zgromadzenie Córek Matki Bożej Bolesnej zgodnie z charyzmatem Założycieli stara się służyć i pomagać ubogim,chorym i cierpiącym.
Zgromadzenie świadome ogromu pracy w tej dziedzinie, przychodzi z pomocą potrzebującym. Podejmuje dzieła z przekonaniem i oddaniem aby w miarę możliwosci poprawić i stworzyć lepsze warunki życia człowieka. 

Centre de soins infirmiers

      
Centre de soins infirmiers des Sœurs

29, rue du Marché
95160 Montmorency
Tel:01.39.64.75.40


Permanence au Centre:
de: 12h à 12h30
      16h à 17h
      19h à 19h30
Soins infirmiers à domicile sur RV

Place des Victimes du V2

95170 Deuil la Barre

Tel :01.39.83.15.52

 

Permanence :

de :   12h à 12h30

et de: 18h à 18h 30
Samedi et Dimanche sur RV

Soins infirmiers à domicile

Sur RV

Messes à Deuil et Montmorency

Messes dominicales à Deuil la Barre
Samedi à 18 h à Notre Dame

dimanche à 9h.30 
en l'église Notre Dame
Place des Victimes du V2
à 11h
en l'église Saint Louis
10 rue du Chateau

 

Messes dominicales à Montmorency

samedi à 18h30 à la Collégiale

dimanche à 10h

en l'église St.François

à 11h15

à la Collégiale

Visit from 10/09/07