Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 15:13

 

https://www.kapucyni.pl/index.php/aktualnopci-mainmenu-389/5858-nienapisana-encyklika-benedykta-xvi

zmartwychwstanie jezusa

 

 

L'Encyclique non écrite Benoît XVI:

La force de l’humilité

Par Jean-Marre Guénois

 

En huit années de pontificat, rien ou presque n’aura été épargné au successeur de Jean-Paul II, homme discret qui vécut son élection comme une « guillotine ». Et pourtant, son message restera.

Benoit XVI ne publiera pas l'encyclique sur la foi, pourtant très avancée, qu'il devait présenter ce printemps. Il n'en a plus le temps. Et aucun successeur n'est tenu de reprendre une encyclique inachevée de son prédécesseur. Mais il existe une autre encyclique de Benoit XVI, secrète au sens du cceur, une encyclique non écrite. Ou plutôt écrite non de sa plume mais de la geste de son pontificat. Cette encyclique n'est pas un texte mais une réalité: l'humilité.

 

Le 19 avril 2005, celui qui est de la race des aigles intellectuels, redouté par ses adversaires, admiré par ses étudiants, respecté par tous pour l'acuité de ses analyses sur l'Eglise et le monde, se présente, à peine élu pape, comme un agneau que l'on conduit à l'abattoir. Il utilisera même le redoutable mot de « guillotine » pour décrire le sentiment qui l'a assailli au moment où ses frères cardinaux, dans une chapelle Sixtine encore fermée au monde, se sont tournés vers lui seul, élu entre tous, pour l'applaudir. Sur les images prises alors, sa silhouette voûtée et son visage surpris (??) en témoignent.

 

Puis ce fut l'apprentissage du métier de pape. Il arrachait, au sens de racines blotties sous l'humus de la terre, cet éternel timide, vif en esprit mais gauche en son corps (???) pour le projeter à la face du monde. Ce fut un choc de part et d'autre. Il ne parvenait pas à se couler dans l'aisance de feu Jean-Paul II. Le monde, lui, comprenait mal ce pape sans effet. Benoit XVI n'eut pas même les cent jours de « l'état de grâce » que l'on prête aux présidents profanes. Il eut sans doute la grâce divine, fine mais si peu mondaine. Mais encore et toujours l'humilité d'apprendre au vu de tous.

 

Il y eut enfin ces huit années de pontificat, terribles. Jamais un pape n'avait, d'une certaine manière, si peu « réussi ». De polémique en polémique : crise avec l'islam à la suite de son discours de Ratisbonne, où il évoqua la violence religieuse ; déformation de ses propos sur le sida lors de son premier voyage en Afrique, qui déclencha un tollé mondial ; honte subie par l'explosion des affaires de prêtres pédophiles qu'il traita ; affaire Williamson où son geste de générosité envers les quatre évêques ordonnés par Mgr Lefebvre (le pape levait les excommunications) se tourna en réprobation mondiale contre Benoit XVI, parce qu'il n'avait pas été informé des propos négationnistes à l'égard de la Shoah de l'un d'eux; incompréhension et difficulté d'aboutir sur sa volonté de transparence pour les finances du Vatican ; trahison d'une partie de son entourage dans l'affaire Vatileaks, où son majordome subtilisa des lettres confidentielles pour les publier...

 

Pas une année de répit. Rien ne lui a été épargné. Aux violentes épreuves physiques du pontificat de Jean-Paul 11, attentat et maladie de Parkinson, semblent correspondre les épreuves morales d'une rare violence de cette litanie de contradictions subies par Benoit XVI. En démissionnant, le pape s'efface donc. A l'image même de son pontificat. Mais Dieu seul sait la puissance et la fécondité de l'humilité.

Repost 0
Published by Soeurs Franciscaines de N Dame des Douleurs - dans Evènements
commenter cet article
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 19:52

link

 

 

 

 

b xvi4 

 

  https://www.kapucyni.pl/index.php/aktualnopci-mainmenu-389/5836-telegram-kep

 

Benoît XVI a annoncé ce matin, 11 février 2013, qu'il se démettait de ses fonctions, à partir du 28 février.

 

Voici son annonce traduite du latin au français par le Saint-Siège :

 

"Frères très chers,

Je vous ai convoqués à ce Consistoire non seulement pour les trois canonisations, mais également pour vous communiquer une décision de grande importance pour la vie de l’Eglise. Après avoir examiné ma conscience devant Dieu, à diverses reprises, je suis parvenu à la certitude que mes forces, en raison de l’avancement de mon âge, ne sont plus aptes à exercer adéquatement le ministère pétrinien.

Je suis bien conscient que ce ministère, de par son essence spirituelle, doit être accompli non seulement par les œuvres et par la parole, mais aussi, et pas moins, par la souffrance et par la prière.

Cependant, dans le monde d’aujourd’hui, sujet à de rapides changements et agité par des questions de grande importance pour la vie de la foi, pour gouverner la barque de saint Pierre et annoncer l’Evangile, la vigueur du corps et de l’esprit est aussi nécessaire, vigueur qui, ces derniers mois, s’est amoindrie en moi d’une telle manière que je dois reconnaître mon incapacité à bien administrer le ministère qui m’a été confié.

C’est pourquoi, bien conscient de la gravité de cet acte, en pleine liberté, je déclare renoncer au ministère d’Evêque de Rome, Successeur de saint Pierre, qui m’a été confié par les mains des cardinaux le 19 avril 2005, de telle sorte que, à partir du 28 février 2013 à vingt heures, le Siège de Rome, le Siège de saint Pierre, sera vacant et le conclave pour l’élection du nouveau Souverain Pontife devra être convoqué par ceux à qui il appartient de le faire."

Repost 0
Published by Soeurs Franciscaines de N Dame des Douleurs - dans Evènements
commenter cet article
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 20:26

 

 

 

 

 Soyez bienvenue 

 

 

 

 

BIOGRAPHIE DE MGR LALANNE

Mgr Stanislas LALANNE, Évêque de Pontoise


Né le 3 août 1948 à Metz (Moselle).
Ordonné prêtre le 8 novembre 1975 pour le diocèse de Versailles,
Nommé évêque le 4 avril 2007.
Ordonné évêque le 3 juin 2007.

Études :
Grand-séminaire de Versailles.
Université Tübingen (RFA).
Séminaire des Carmes (Paris).
Université Paris IV.

Diplômes :
Maîtrise de théologie et habilitation au doctorat.
Licence d’allemand.
IHEDN (Institut des hautes études de défense nationale).

Ministères :
1975-1980 : Aumônier du lycée Hoche puis de l’ensemble des collèges et lycées de Versailles ;
1980-1985 : Responsable du Service diocésain des aumôneries de l’enseignement public et aumônier des étudiants de Versailles.
1985-1993 : Secrétaire de la Commission épiscopale de l’enseignement religieux et directeur du Centre national de l’enseignement religieux (CNER).
1993-1994 : Curé de la paroisse Sainte-Pauline du Vésinet.
1994-1999 : Curé de la paroisse d’Élancourt-Maurepas.
1997-1999 : Vicaire épiscopal chargé de la Pastorale de la communication pour le diocèse de Versailles.
1999-2001 : Secrétaire général adjoint et porte-parole de la Conférence des évêques de France.
2001-2007 : Secrétaire général de la Conférence des évêques de France ;
2007-2013 : Evêque de Coutances et Avranches.

Responsabilités :
Membre du Comité Études et projets.
Consulteur du Conseil pontifical pour les communications sociales.
Conseiller ecclésiastique du Saint-Siège auprès de la CIDSE (Coopération Internationale pour le Développement et la Solidarité).
Président du Conseil d’orientation des Radios chrétiennes francophones (RCF).

 

 

Mgr Stanislas Lalanne n’attend pas son «installation» comme évêque du diocèse de Pontoise le 6 avril prochain pour commencer à parcourir le territoire du Val-d’Oise à la rencontre des acteurs de la pastorale.

Depuis sa nomination, lui qui se présente comme «le père, le frère et l’ami» de ses diocésains, s’est déjà mis à leur écoute.

Voici les groupes qu’il rencontrera ces prochaines semaines:
- le 24 février: les diacres permanents et leurs épouses, à l’évêché
- le 26 février:
• des religieux et religieuses au Carmel de Pontoise
• les prêtres à Massabielle
• les laïcs en responsabilité (services diocésains, mouvements, animatrices en pastorale du diocèse, DATP, etc.), à Massabielle.
- le 1er mars: les accueillis du Secours Catholique à l’espace Renaudin de Pontoise
- le 16 mars:
• des jeunes du diocèse, à l’église Notre-Dame de Pontoise.
• des religieux et religieuses, au Carmel de Domont
• les séminaristes du diocèse.

 

Service communication
Février 2013

 

 

Repost 0
Published by Soeurs Franciscaines de N Dame des Douleurs - dans Evènements
commenter cet article
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 22:19

 

 

DSC04975DSC04973

 

Le 25 Octobre 2012 le Recteur de la Mission Polonaise en France Stanislaw Jez a redu la visite pastorale aux Soeurs Polonaise qui travaillent à Montmorency et à Deuil la Barre en soignant les malades. Elles se sont reunies dans la chapelle à Montmorency pour une célébrations de la messe. Dans une atmosphère amicale et dans la joie elle se sont réunies dans leur jardin pour une photo communautaire.  

 

 

 

DSC04976

 

DSC04978

 

DSC04986

Repost 0
Published by Soeurs Franciscaines de N Dame des Douleurs - dans Evènements
commenter cet article
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 19:42

des-hommes-et-des-dieux-de-xavier-beauvois-4511869jrpdoContact avec Dieu, magistère, humilité...

 

Anne Kurian

 

ROME, jeudi 11 octobre 2012 (ZENIT.org) –

 

 Le cardinal Grocholewski présente trois « astuces » pour la nouvelle évangélisation : le contact avec Dieu, l’importance du Magistère, l’apprentissage de l’humilité. Il épingle « la manie de vouloir devenir grand, original, important ».

Le cardinal Zenon Grocholewski, préfet de la Congrégation pour l'éducation catholique, est intervenu le 9 octobre 2012 au matin, pour la troisième congrégation générale du synode des évêques sur la nouvelle évangélisation.

Le préfet du dicastère pour l’éducation s’est inquiété du fait que « l’augmentation constante du nombre des institutions éducatives » de l’Eglise soit « accompagnée par une croissante crise de la foi » : « Qu’est-ce qui les rend si peu efficaces dans le réveil de la foi et dans le domaine de l’évangélisation? », s’est-il demandé.

Il propose pour y répondre « trois astuces » à approfondir, trois astuces qui soulignent l’importance de sa propre conversion avant tout.

 

Un contact personnel avec Dieu

 

Pour « renforcer sa foi, pour connaître Dieu et pour être un instrument efficace d’évangélisation », la connaissance intellectuelle « ne suffisent pas », souligne-t-il, mais il faut « un contact vivant et personnel avec Dieu ».

Selon le cardinal, si cette conscience « devenait vraiment vie », les institutions éducatives « seraient plus conscientes de leur devoir d’évangélisation » et seraient « d’importants instruments au service de sa réalisation ».

 1page-img3  

Importance vitale du magistère

 

Malgré les indications du concile Vatican II, le cardinal déplore en pratique « peu de clarté » à propos de la « relation entre le rôle de la théologie et du Magistère de l’Église ».

« Jésus n’a pas laissé la compréhension de l’Écriture Sainte et de la Tradition à la merci des différentes opinions, qui, évidemment, peuvent être aussi très divergentes et extravagantes et semer continuellement incertitude et confusion », souligne-t-il.

Au contraire, Il a laissé « le grand trésor du Magistère, dont l’autorité s’exerce au nom de Jésus Christ [...] avec l’assistance de l’Esprit Saint ».

Le Magistère « ne diminue pas le rôle et la créativité des théologiens » mais les « responsabilise », précise le cardinal. Sans la « conscience de l’importance vitale du Magistère », le rôle des théologiens dans l’œuvre d’évangélisation est « souvent rendu vain », insiste-t-il.

  Swieta Teres Benedykt od Krzyza 01 

Apprendre l’humilité

 

Enfin, le cardinal estime que « le plus grand obstacle pour devenir théologien ou pasteur constructif et donc efficace » dans la perspective de la nouvelle évangélisation est « la superbe et son allié naturel, l’égoïsme ».

Il dénonce en ce sens « la manie de vouloir devenir grand, original, important » : les pasteurs deviennent alors « contre productifs pour la croissance de l’Église et pour l’évangélisation ».

Pour le cardinal, tout le monde est concerné : « en chacun, après le péché originel, se trouve une dose de superbe ». Chaque chrétien est donc invité à « faire constamment un solide examen de conscience dans ce domaine, et au pied de la croix apprendre l’humilité et l’amour authentique ».

Repost 0
Published by Soeurs Franciscaines de N Dame des Douleurs - dans Evènements
commenter cet article
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 22:36
384917cdcd77ca949327bcf67cbdb831
« Au début de la célébration, j'ai embrassé la terre. Embrasser le sol de Guadeloupe... C'est un geste original qu'a utilisé maintes fois le Pape Jean-Paul II lors de ses voyages. Il voulait montrer qu'il embrassait le pays visité et le peuple qui l'accueillait. Pour ma part, j'ai voulu montrer que j'embrassais la Guadeloupe et tous les habitants de ses îles. Vous tous, je vous salue avec affection, heureux de devenir votre évêque. Mwen enmé zot! »

  8adfc7a867b0e90b22001e72c0ce5485

 

    « Avance au large »

« Cette parole nous invite à faire mémoire avec gratitude du passé, à vivre avec passion le présent, et à nous ouvrir avec confiance à l'avenir. Et comme ces mots trouvent écho en moi en ce jour, en devenant pasteur de notre église de Guadeloupe! Ce large, ce furent les années heureuses d'épiscopat dans le Val d'Oise, lieu de rencontre des peuples, dont les Antillais très nombreux en Île de France. Avance au large... Spontanément, j'ai répondu positivement à l'appel du seigneur pour venir ici et devenir le treizième évêque de ce diocèse. Depuis, j'ai reçu de nombreux messages de bienvenue qui me vont droit au coeur. Car, comme vous le savez, c'est une mission particulière que l'Église m'a confiée en me demandant de venir succéder à Mgr Ernest Cabo. Mission délicate, mais passionnante et enthousiasmante. »

 

 

188425 1349037858 messe-jeunes-riocreux-jeune-une-d

 

 

- « Découvrir votre histoire
« Mon programme n'est pas de faire ma volonté, ni de poursuivre mes idées. Mon programme est de me mettre, avec toute l'Église, à l'écoute de la parole et de la volonté du Seigneur, de me laisser guider par lui, de manière que ce soit lui-même qui guide l'Église. Et pour cela, il me faut découvrir votre histoire, celle de votre peuple, celle de votre église. »

 

 

Installation-Mgr-Riocreux-30-09-2012-031

 

 

 

Installation-Mgr-Riocreux-30-09-2012-034

 

 

Les-attentes-des-Guadeloupeens-a-l-egard-de-leur-nouvel-eve

(Dominique CHOMEREAU-LAMOTTE)

Repost 0
Published by Soeurs Franciscaines de N Dame des Douleurs - dans Evènements
commenter cet article
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 23:15

 

592218 222780814516500 2134622094 n

 

Homélie de la messe du 16 sept – Cathédrale saint Maclou de Pontoise

 

  Au début de cette messe, évêques, prêtres, diacres, séminaristes, servants d’autel sont entrés solennellement dans notre cathédrale alors que toute l’assemblée chantait joyeusement « pour avancer ensemble ». Pour ma part, j’ai regardé une dernière fois l’inscription gravée dans la pierre de seuil : « In Verbo Autem Tuo ». « Mais sur ta parole », devise du premier évêque de Pontoise, Mgr André Rousset. Celui-ci, d’abord évêque-auxiliaire de Versailles, puis premier pasteur du diocèse de 1966 à1988, avait voulu dire avec humilité qu’il acceptait cette lourde charge épiscopale à la manière de Pierre qui a fait confiance au Christ. Cette phrase est un passage de l’Evangile de Luc, chapitre 5 de Luc. Après la demande pressante de Jésus de s’éloigner du rivage, les premiers disciples sont invités à « avancer au large » (Lc 5, 4). Et voici l’objection de Simon : « Maitre, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre, mais sur ta parole… » (Lc 5, 5). Oui, sur ta parole, moi aussi, je vais avancer au large en Guadeloupe.

 

Et, à Césarée de Philippe, ce sont les mêmes disciples qui, avec Pierre, sont questionnés par Jésus « Qui suis-je ? » Et Pierre de répondre : « Tu es le Messie », (Mc 8, 29) littéralement celui qui a reçu l’onction de Dieu. Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant (Mt 16,16). Admirable profession de foi du premier des apôtres suivie cependant de l’incompréhension de ce même Pierre qui se met à faire des reproches à Jésus.

Chers amis, n’est ce pas comme cela aussi dans nos vies, avec, d’un côté, cette foi admirable d’un côté, cette confiance en Dieu Père et en son Fils Jésus ainsi qu’en la présence de son Esprit Saint en nous. Et, d’un autre côté, cette difficulté : accepter ce que le Seigneur nous demande dans sa Parole, de suivre le Christ en prenant notre croix ?

 

Voici que, dans quelques jours, à l’invitation du Saint Père, nous entrerons dans une année de la foi. Elle débutera le 11 Octobre prochain. Partout dans le monde, du Val d’Oise jusqu’à la Guadeloupe, nous réfléchirons, méditerons sur cette foi reçue des apôtres, sur sa nature et son contenu. Et dans le même temps, nous réaliserons que foi et charité sont étroitement liées, comme nous l’entendions dans la deuxième lecture : « C’est par mes actes que je te montrerai ma foi »(Jc 2, 18) Benoit XVI, notre bien aimé pape, ce théologien et ce pasteur, a rappelé récemment que « foi et charité se réclament réciproquement » (Porta fidei). Auparavant, il avait souligné la triple tâche de l’ Église : « Annonce de la parole de Dieu, célébration des sacrements et service de la charité ». (Deus caritas est 25).

 

Or, chers amis nombreux ici dans cette cathédrale, et vous tous encore plus nombreux grâce à la radio ici en Ile de France et dans les îles des Antilles, au moment où je célèbre cette dernière messe avec vous tous, je me souviens avec émerveillement de tout ce que nous avons vécu ensemble pendant ces neuf années. Moi, votre évêque, disciple du Christ et pasteur, je vous ai annoncé la Parole de Dieu et j’ai célébré pour vous et avec vous l’Eucharistie dimanche après dimanche tant de belles églises, ici en Val d’Oise, notamment dans cette cathédrale. Ordinations, consécration de nouveaux lieux de cultes, fin de travaux de restauration d’anciennes églises, confirmations, ouverture du centre spirituel diocésain de Massabielle à Saint Prix, visites pastorales, autant d’occasions pour enseigner et sanctifier. Et puis cette autre tâche, celle de la communion et de la charité, cette charité qui est la plus grande des trois vertus, comme l’a dit l’apôtre Paul (1 Co 13, 13).

 

Et, au cœur de tous ces évènements et de ces rencontres, la joie de croire et d’aimer. La joie d’être en Église. Oui, que de joies nous ont été données par les grands évènements de notre Église : le 40ème anniversaire du diocèse en 2006, la visite du Saint Père en 2008, le rassemblement diocésain au Hall Saint Martin à Pentecôte 2011, ainsi que les ordinations, les rassemblements avec les jeunes pour le Frat ou les JMJ… la liste pourrait s’allonger indéfiniment, chaque semaine, chaque mois nous donnant la grâce d’évènements petits ou grands, à jamais gravés dans notre mémoire. Et je repense ici au dernier grand évènement que nous avons vécu en ce lieu : l’ordination sacerdotale de Charles, originaire de la Guadeloupe et son mot à la fin de la célébration : « Moi qui suis né en Guadeloupe, je suis donné comme prêtre à l’ Église en Val d’Oise, et vous, Monseigneur, l’ Église en Val d’Oise vous donne à l’ Église en Guadeloupe ». Dans ce mystère de communion au sein e l’ Église, comme cela est vrai et profond.

Car il faut maintenant vous donner une explication. Non, je n’ai pas choisi les Antilles, îles que je ne connaissais pas. Non, dans l’Eglise on ne cherche rien, si ce n’est servir. Il est vrai que, quelque part, le Seigneur voulait me conduire plus loin pour continuer le tour du monde. Après les années d’études aux Etats Unis, j’ai vécu 12 belles années en Océanie comme jeune prêtre. Là bas, c’est vrai, j’ai connu la plupart des îles de ce vaste Océan, et j’ai beaucoup voyage pour découvrir les îles Philippines et les îles de l’Océan Indien…et pour vivre ensuite 25 années en Ile de France. Je me devais donc de connaitre un jour les Antilles ! Mais je n’ai jamais pensé que j’aurai cette heureuse surprise d’aller en Guadeloupe en étant nommé évêque de ce lieu par le pape.

 

Nommé en juin, je me devais de faire rapidement connaissance avec le diocèse de Basse Terre et de Pointe à Pitre et d’y être bien accueilli. Je me devais de me présenter aussi dans les îles environnantes pour m’insérer dans la conférence des 20 évêques des Antilles. Pour cela, je me suis rendu à Port of Spain sur l’ile de Trinidad ainsi qu’à Saint Lucie. Dans les mois qui viennent, je visiterai la Grande Terre, la Basse Terre, les Saintes, Marie Galante, la Désirade, Saint Martin et Saint Barthelémy. Et puis, j’irai sans tarder dans ces lieux où je suis déjà invité : en Jamaïque, pays des plus grands sprinters, aux Virgin Islands, et très bientôt à Haïti, ce pays que nous n’oublions pas.

 

Pour l’heure, ici en cette circonstance, ce n’est pas le bilan, comme on peut le faire dans une entreprise, mais c’est plutôt la méditation, telle celle proposée par le grand évêque St Augustin.

Celui-ci dans son sermon sur les pasteurs, souligne la lourde responsabilité épiscopale : « Beaucoup sont chrétiens sans être évêques : ils arrivent à Dieu par un chemin plus facile. Nous évêques, nous devons rendre compte à Dieu de notre propre vie et de notre propre gestion. ». Oui, nous sommes pasteurs, nous sommes conscients de nos limites et de nos faiblesses, mais aussi de la richesse de notre ministère pastoral.

 

Aussi, ce soir, nous voulons vivre cela dans l’action de grâces. C’est le sens même du mot Eucharistie. L’action de grâces pour tant et tant de visages rencontrés pendant ces années, tant de confidences reçues, de témoignages de foi, de charité et de générosité. Au moment de partir, en préparant les cartons, j’ai pu admirer les cadeaux, les médailles des villes du Val d’Oise, les dizaines de livres reçus. J’en laisse derrière moi, mais la plupart seront très prochainement dans mon bureau et dans les salons de l’évêché à Basse Terre. Là, vous serez reçus amicalement. Il suffira de vous annoncer ou de sonner à la grille, et c’est à côté de la cathédrale Notre Dame de Guadeloupe. C’est dans cette cathédrale que je serai installé dans deux semaines. Une délégation significative du Val d’Oise sera présente et vous représentera tous.

 

Notre Dame du Pacifique. Notre Dame de Paris. Notre Dame de Pontoise. Notre Dame de Guadeloupe, il y a comme une continuité mystérieuse préparée par le Seigneur lui-même. Et cela a commencé dans notre village de Marlhes dans le Velay, pays du fondateur des frères maristes, Saint Marcellin Champagnat. Permettez que je mentionne en cette circonstance mes prédécesseurs évêques : Mgr Rousset, premier évêque de ce jeune diocèse, Mgr Jordan, actuel archevêque de Reims, Mgr Frikart, administrateur apostolique en l’an 2000, et le cher Mgr Renaudin, mon prédécesseur au court mais fécond épiscopat.

 

Permettez enfin que je mentionne des témoins du Christ qui m’ont guidé et aidé dans ce chemin, et qui sont entrés sans l’éternité. Papa décédé en 1987 et Maman, qui a tiré sa révérence discrètement le 21 Décembre dernier, comme pour me laisser repartir au loin et m’encourager dans les fidélité au Seigneur et à son Église. Son frère, mon oncle, Mgr Brunon, débord supérieur général de Saint Sulpice puis évêque de Tulle.

 

Ainsi que deux grands évêques, cardinaux, qui m’ont impressionné par leur personnalité, exemples de foi et d’ardeur missionnaire. Le Cardinal Lustiger, qui m’a accueilli à Paris en 1986 et m’a imposé les mains le 29 Juin 2003 lors de la consécration épiscopale dans le Hall Saint Martin et le grand cardinal Gantin, du Bénin, doyen émérite du Sacré Collège, ami de Jean Paul II et de Benoit XVI. Soutenu par de tels chrétiens, j’ai conscience d’avoir beaucoup reçu. Je me réjouis d’avoir pu donner ici dans le Val d’Oise.

 

Ensemble, rendons grâces en cette Eucharistie. Et nous le ferons avec la très belle 4ème prière eucharistique. Et nous prierons pour tous, vous et tous les vôtres pour que nous soyons réunis en un seul corps et que nous soyons dans le Christ une vivante offrande à la louange de la gloire du Seigneur. Amen.

Repost 0
Published by Soeurs Franciscaines de N Dame des Douleurs - dans Evènements
commenter cet article
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 22:22

   
DSC04765

 

Le 24 août 2012, une de nos patientes a fêté ses cent ans. Toujours joyeuse, parlant bretonne, soignée par sa propre fille, nous les infirmières et tant d'autres, elle semble être heureuse. C'est à cette occasion que notre communauté est allée dans sa famille pour partager la joie de ce moment important pour elle et son entourage. Nous la portons dans notre prière et nous demandons aussi les grâces nécessaire à sa fille qui malgré son handicap prend soin de sa mère avec beaucoup de coeur. 

 

DSC04724

 

DSC04731

 

DSC04733

 

DSC04737

 

DSC04747

 

DSC04752

 

DSC04754

 

DSC04725

 

DSC04770

Repost 0
Published by Soeurs Franciscaines de N Dame des Douleurs - dans Evènements
commenter cet article
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 23:22

001link

 

Soeur Elia Monsarrat - novice dans la Congrégation des Soeurs de N.D à Cracovie a pu rencontrer les 40 jeunes de notre diocèse qui sont allés en pèlerinage en Pologne. Suivez les sur le site de notre diocèse.  

 

 

Repost 0
Published by Soeurs Franciscaines de N Dame des Douleurs - dans Evènements
commenter cet article
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 15:19

Osny-Zjazd-Polakow 3882

 

Osny-Zjazd-Polakow 3958

 

Osny-Zjazd-Polakow 3865

 

Osny-Zjazd-Polakow 3861

 

 

 

Repost 0
Published by Soeurs Franciscaines de N Dame des Douleurs - dans Evènements
commenter cet article

Présentation

  • : Congrégation des Soeurs Franciscaines
  • Congrégation des Soeurs Franciscaines
  • : Congrégation vouée au service des malades,fondée en Pologne en 1881.Diffuse en permanence L'apostolat dans différents pays.
  • Contact

Bienvenue-Witamy

 Pieta-01.jpg         Bonjour à tous -Witamy         
Bienvenue à tous et à toutes .Merci pour votre passage sur notre site.La congrégation des soeurs Franciscaines de Notre dame des Douleurs oeuvre avec volonté et acharnement pour soulager et accompagner les plus meurtris par la vie,en leur prodiguant les soins physiques et spirituels nécéssaires à leur bien-être.

Dziękujemy wszystkim odwiedzającym nasze stronice internetowe za poświecony czas na przeglądnięcie artykułów i zapoznanie się z naszym posłannictwem i misją w Kościele. Zgromadzenie Córek Matki Bożej Bolesnej zgodnie z charyzmatem Założycieli stara się służyć i pomagać ubogim,chorym i cierpiącym.
Zgromadzenie świadome ogromu pracy w tej dziedzinie, przychodzi z pomocą potrzebującym. Podejmuje dzieła z przekonaniem i oddaniem aby w miarę możliwosci poprawić i stworzyć lepsze warunki życia człowieka. 

Centre de soins infirmiers

      
Centre de soins infirmiers des Sœurs

29, rue du Marché
95160 Montmorency
Tel:01.39.64.75.40


Permanence au Centre:
de: 12h à 12h30
      16h à 17h
      19h à 19h30
Soins infirmiers à domicile sur RV

Place des Victimes du V2

95170 Deuil la Barre

Tel :01.39.83.15.52

 

Permanence :

de :   12h à 12h30

et de: 18h à 18h 30
Samedi et Dimanche sur RV

Soins infirmiers à domicile

Sur RV

Messes à Deuil et Montmorency

Messes dominicales à Deuil la Barre
Samedi à 18 h à Notre Dame

dimanche à 9h.30 
en l'église Notre Dame
Place des Victimes du V2
à 11h
en l'église Saint Louis
10 rue du Chateau

 

Messes dominicales à Montmorency

samedi à 18h30 à la Collégiale

dimanche à 10h

en l'église St.François

à 11h15

à la Collégiale

Visit from 10/09/07