Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 11:30

MESSAGE DU PAPE FRANÇOIS
POUR LA JOURNÉE MONDIALE DES MISSIONS 2014

 

 S.Leokadia

S.Leokadia Serafitka -Gabon

 

 

Chers frères et soeurs,

Aujourd’hui encore, très nombreux sont ceux qui ne connaissent pas Jésus Christ. C’est pourquoi la mission ad gentes demeure une grande urgence, à laquelle tous les membres de l’Église sont appelés à participer, parce que l’Église est, de par sa nature même, missionnaire : l’Église est née « en sortie ». La Journée missionnaire mondiale est un moment privilégié durant lequel les fidèles des différents continents s’engagent par la prière et par des gestes concrets de solidarité à soutenir les jeunes Églises des territoires de mission. Il s’agit d’une célébration de grâce et de joie. De grâce, parce que le Saint Esprit, envoyé par le Père, offre sagesse et force à ceux qui sont dociles à son action. De joie, parce que Jésus Christ, le Fils du Père, envoyé pour évangéliser le monde, soutient et accompagne notre œuvre missionnaire. C’est justement sur la joie de Jésus et des disciples missionnaires que je voudrais offrir une icône biblique, que nous trouvons dans l’Évangile de Luc (cf. 10, 21-23).

DSCF4053S.Paula Serafitka - Gabon


1. L’Évangéliste raconte que le Seigneur envoya les soixante-douze disciples deux par deux, dans les villes et les villages pour annoncer que le Royaume de Dieu s’était fait proche et pour préparer les personnes à la rencontre avec Jésus. Après avoir accompli cette mission d’annonce, les disciples revinrent pleins de joie : la joie est un thème dominant de cette première et inoubliable expérience missionnaire. Le Divin Maître leur dit : « Ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous de ce que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux. A cette heure même, il tressaillit de joie sous l’action de l’Esprit Saint et il dit : “Je te bénis, Père” (…) Puis, se tournant vers ses disciples, il leur dit en particulier : “Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez !” » (Lc 10,20-21.23).

Ce sont les trois scènes présentées par Luc. D’abord, Jésus parla aux disciples, puis il s’adressa au Père avant de recommencer à parler avec eux. Jésus voulut faire participer les disciples à sa joie, qui était différente et supérieure à celle dont ils avaient fait l’expérience.

zakup owocuS.Illidia Serafitka - Gabon


2. Les disciples étaient pleins de joie, enthousiastes du pouvoir de libérer les personnes des démons. Toutefois, Jésus les avertit de ne pas se réjouir tant pour le pouvoir reçu que pour l’amour reçu : « parce que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux » (Lc 10, 20). En effet, l’expérience de l’amour de Dieu leur a été donnée ainsi que la possibilité de le partager. Et cette expérience des disciples est un motif de gratitude joyeuse pour le cœur de Jésus. Luc a saisi cette jubilation dans une perspective de communion trinitaire : « Jésus tressaillit de joie sous l’action de l’Esprit Saint », s’adressant au Père et lui rendant gloire. Ce moment de joie intime jaillit de l’amour profond de Jésus en tant que Fils envers Son Père, Seigneur du ciel et de la terre qui a caché ces choses aux sages et aux intelligents mais qui les a révélées aux tout-petits (cf. Lc 10, 21). Dieu a caché et révélé et, dans cette prière de louange, ressort surtout le fait de révéler. Qu’est-ce que Dieu a révélé et caché ? Les mystères de son Royaume, l’affirmation de la seigneurie divine en Jésus et la victoire sur satan.

Dieu a caché tout cela à ceux qui sont trop pleins d’eux-mêmes et prétendent déjà tout savoir. Ils sont comme aveuglés par leur présomption et ne laissent pas de place à Dieu. Il est facile de penser à certains contemporains de Jésus qu’il a avertis à plusieurs reprises mais il s’agit d’un danger qui existe toujours et qui nous concerne nous aussi. En revanche, les “petits”  sont les humbles, les simples, les pauvres, les marginalisés, ceux qui sont sans voix, fatigués et opprimés, que Jésus a déclarés “bienheureux”. Il est facile de penser à Marie, à Joseph, aux pêcheurs de Galilée et aux disciples appelés le long du chemin, au cours de sa prédication.


konsultacja w buszu


3. « Oui, Père, car tel a été ton bon plaisir » (Lc 10, 21). L’expression de Jésus doit être comprise en référence à son exultation intérieure, où le bon plaisir indique un plan salvifique et bienveillant de la part du Père envers les hommes. Dans le contexte de cette bonté divine, Jésus a exulté parce que le Père a décidé d’aimer les hommes avec le même amour qu’Il a pour le Fils. En outre, Luc nous renvoie à l’exultation similaire de Marie : « mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit tressaille de joie en Dieu mon Sauveur » (Lc 1, 47). Il s’agit de la Bonne Nouvelle qui conduit au salut. Marie, en portant en son sein Jésus, l’Évangélisateur par excellence, rencontra Elisabeth et exulta de joie dans l’Esprit Saint, en chantant le Magnificat. Jésus, en voyant la réussite de la mission de ses disciples et, ensuite, leur joie, exulta dans l’Esprit Saint et s’adressa à son Père en priant. Dans les deux cas, il s’agit d’une joie pour le salut en acte, parce que l’amour avec lequel le Père aime le Fils arrive jusqu’à nous et, par l’action de l’Esprit Saint, nous enveloppe, nous fait entrer dans la vie trinitaire.

Le Père est la source de la joie. Le Fils en est la manifestation et l’Esprit Saint l’animateur. Immédiatement après avoir loué le Père, comme le dit l’Évangéliste Matthieu, Jésus nous invite : « Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et moi je vous soulagerai. Chargez-vous de mon joug et mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez soulagement pour vos âmes. Oui, mon joug est aisé et mon fardeau léger » (11, 28-30). « La joie de l’Évangile remplit le cœur et toute la vie de ceux qui rencontrent Jésus. Ceux qui se laissent sauver par lui sont libérés du péché, de la tristesse, du vide intérieur, de l’isolement. Avec Jésus Christ la joie naît et renaît toujours »(Exhort. ap. Evangelii gaudium, n.1).

De cette rencontre avec Jésus, la Vierge Marie a eu une expérience toute particulière et elle est devenue « causa nostrae laetitiae ». Les disciples par contre ont reçu l’appel à demeurer avec Jésus et à être envoyés par lui pour évangéliser (cf. Mc 3, 14) et ils sont ainsi comblés de joie. Pourquoi n’entrons-nous pas nous aussi dans ce fleuve de joie ?

Mission-au-Gabon 000O

4. « Le grand risque du monde d’aujourd’hui, avec son offre de consommation multiple et écrasante, est une tristesse individualiste qui vient du cœur bien installé et avare, de la recherche malade de plaisirs superficiels, de la conscience isolée » (Exhort. ap. Evangelii gaudium, n. 2). C’est pourquoi l’humanité a un grand besoin de puiser au salut apporté par le Christ. Les disciples sont ceux qui se laissent saisir toujours plus par l’amour de Jésus et marquer au feu de la passion pour le Royaume de Dieu, afin d’être porteurs de la joie de l’Évangile. Tous les disciples du Seigneur sont appelés à alimenter la joie de l’Évangélisation. Les Évêques, en tant que premiers responsables de l’annonce, ont le devoir de favoriser l’unité de l’Église locale dans l’engagement missionnaire, en tenant compte du fait que la joie de communiquer Jésus Christ s’exprime autant dans la préoccupation de l’annoncer dans les lieux les plus lointains que dans une constante sortie en direction des périphéries de leur propre territoire, où se trouve le plus grand nombre de personnes pauvres dans l’attente.

Dans de nombreuses régions, les vocations au sacerdoce et à la vie consacrée commencent à manquer. Souvent, cela est dû à l’absence d’une ferveur apostolique contagieuse au sein des communautés, absence qui les rend pauvres en enthousiasme et fait qu’elles ne sont pas attirantes. La joie de l’Évangile provient de la rencontre avec le Christ et du partage avec les pauvres. J’encourage donc les communautés paroissiales, les associations et les groupes à vivre une vie fraternelle intense, fondée sur l’amour de Jésus et attentive aux besoins des plus défavorisés. Là où il y a la joie, la ferveur, le désir de porter le Christ aux autres, jaillissent d’authentiques vocations. Parmi celles-ci, les vocations laïques à la mission ne doivent pas être oubliées. Désormais, la conscience de l’identité et de la mission des fidèles laïcs dans l’Eglise s’est accrue, tout comme la conscience qu’ils sont appelés à jouer un rôle toujours plus important dans la diffusion de l’Évangile. C’est pourquoi il est important qu’ils soient formés de manière adéquate, en vue d’une action apostolique efficace.

dzieci Bialej Armii

5. « Dieu aime celui qui donne avec joie » (2 Co 9, 7). La Journée missionnaire mondiale est également un moment pour raviver le désir et le devoir moral de participer joyeusement à la mission ad gentes. La contribution économique personnelle est le signe d’une oblation de soi-même, d’abord au Seigneur puis à nos frères, afin que l’offrande matérielle devienne un instrument d’évangélisation d’une humanité qui se construit sur l’amour.

Chers frères et sœurs, en cette Journée missionnaire mondiale, ma pensée se tourne vers toutes les Églises locales. Ne nous laissons pas voler la joie de l’évangélisation ! Je vous invite à vous immerger dans la joie de l’Évangile et à alimenter un amour capable d’illuminer votre vocation et votre mission. Je vous exhorte à faire mémoire, comme dans un pèlerinage intérieur, du « premier amour » avec lequel le Seigneur Jésus Christ a réchauffé le cœur de chacun, non pas pour en concevoir un sentiment de nostalgie mais pour persévérer dans la joie. Le disciple du Seigneur persévère dans la joie lorsqu’il demeure avec lui, lorsqu’il fait sa volonté, lorsqu’il partage la foi, l’espérance et la charité évangélique.

 

 

kimO. Benedykt Pączka OFM Cap, misjonarz z RCA (photo Głos Kat)


À Marie, modèle d’évangélisation humble et joyeuse, adressons notre prière, afin que l’Église devienne une maison pour beaucoup, une mère pour tous les peuples et qu’elle rende possible la naissance d’un monde nouveau.

Du Vatican, le 8 juin 2014, Solennité de la Pentecôte.

François

Repost 0
Published by Soeurs Franciscaines de N Dame des Douleurs - dans Mission au Gabon
commenter cet article
22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 15:54

 

 

Mission-au-Gabon 000O

Chers Bienfaiteurs,

 

Nous tenons à vous remercier de votre aide envers notre mission, de votre prière, sensibilité au partage avec nos frères en difficultés et votre aide financière. Chaque aide nous sera utile et bien utilisée.

Comme vous savez déjà nous vivons depuis quelques semaines dans une maison neuve, jusque-là nous étions hébergées depuis quatre ans chez une personne en ville. Actuellement nous aménageons cette nouvelle maison en partie avec les choses qui nous ont servis dans l'ancienne. Nous voyons qu'il y a encore beaucoup à faire, et espérons que lentement cela va se faire. Il n'y a aucun endroit pour accueillir les malades, qui comme partout sont nombreux. Il y a un projet de construction d’un dispensaire, nous attendons un plan de construction, mais quand? Pour commencer il sera mis à notre disposition un petit chalet à côté du sanctuaire, que nous devons adapter au fonctionnement pour les patients. Il faut d’abord faire quelque travaux, réparer et fournir des éléments nécessaires, tels que des étagères pour les médicaments ,appareil de climatisation, réfrigérateur. 

Dans le domaine social, nous voyons la nécessité d'aider les plus pauvres dans leurs besoins, souvent dans les villages éloignés, les familles nombreuses et notamment les mères célibataires, qui n’ont pas généralement pas de travail.

  Mission-au-Gabon 0120

Nous sommes sensibles aux problèmes des enfants. Particulièrement ceux qui sont déjà touchés par la pauvreté en mesure d'espérer une enfance heureuse. Il rêve d’avoir une fourniture scolaire. Les pauvres sont partout même dans un pays riche. Ici, nous voyons d’un côté les riches et de l'autre l'extrême pauvreté.

 

Encore une fois, grand MERCI. Nous vous assurons de notre prière. Que Dieu vous garde et vous bénisse pour votre bon cœur et votre générosité. Nous vous souhaitons beaucoup de bonheur, de grâces et de santé au service de Dieu et des hommes. Venez nous rendre visite en passant par Libreville et peut-être nous aider dans notre travail. Les trois sœurs de Gabon

 

 

 

 

  dzieci-Bialej-Armii.JPG 

 

Chers amis de la mission,

 

"Mbolo !". C’est ainsi que l’on se salue amicalement ici. Depuis notre arrivée, nous avons eu beaucoup à faire. Maintenant tout va bien. Nous avons toujours très chaud au Gabon avec plus de 30°C. Bientôt la saison fraîche arrivera et durera jusqu’en septembre, si Dieu le veut.

Nous savons que nous pouvons compter sur vos prières et nous vous en remercions sincèrement. Nous savons que vous souhaitez nous aider dans notre mission et vous en remercions vivement. Les trois ans passés ici nous ont permis de définir un projet concret pour répondre aux besoins de la population. Nous souhaiterions maintenant organiser l’accueil des enfants du quartier qui sont nombreux. Une chambre à côté de notre dispensaire sera aménagée pour les recevoir. Les petits pourront venir passer du temps avec Sœur Leokadia qui leur apprendra par exemple, à jouer, à dessiner, à écrire, à vivre en groupe.

Ici, les enfants sont les premières victimes du palu, manquent de vitamines ou sont atteints par différents parasites. Sœur Paula les soigne en leur donnant des médicaments, souvent gratuitement. C’est pourquoi nous vous serions reconnaissantes pour votre participation à cette œuvre.

 

Nous restons unies avec Vous dans la prière. Car notre mission au Gabon ne se fait pas sans votre aide de France. Avec tous nos remerciements et notre reconnaissance.

 

Sœurs Franciscaines - Gabon

Repost 0
Published by Soeurs Franciscaines de N Dame des Douleurs - dans Mission au Gabon
commenter cet article
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 16:37

mission 0024

 

 

 Le 11 septembre 2OO8, trois religieuses polonaises franciscaines de notre Dame des

 

Douleurs, sont parties au Gabon, pays adoptif d’Albert Schweitzer. Elles sont allées vers l’inconnu, pays de l’Afrique équatoriale, traversé par l’équateur, est limité au nord par le Cameroun, au nord-ouest par la Guinée Equatoriale, à l’est et au sud par la République démocratique du Congo, à l’ouest par l’Atlantique. La superficie du pays est de 267 667 km ², soit moins de l’équivalent de l’Italie ou encore la moitié de la France. La population est de 1 250 0000 habitants, et elle connaît une grande diversité ethnique (environ 48). La capitale du pays est Libreville, avec une population estimée à 370 000 habitants. Les plus grandes villes après la capitale sont Port-Gentil, Franceville devenue Makusu et Lambaréné.

 

Le Gabon naguère colonie française est devenue une République indépendante en 1960. Si l’on résume la situation linguistique, on peut dire que, parmi les 50 langues nationales, le français est la langue officielle et sert souvent de langue véhiculaire.

 

 

Avant la colonisation, les peuples du Gabon partageaient des croyances animistes caractérisées par des mythes et des rites variés mais ayant comme points communs le culte des ancêtres, dont l’esprit pouvait toujours influer sur l’existence des vivants, et le recours aux fétiches. On retrouve d’ailleurs encore aujourd’hui des cadavres mutilés d’enfants victimes de crimes rituels destinés à assurer à leurs auteurs puissances et richesse. Il y eut, à partir du XIXe siècle, une véritable compétition entre missionnaires catholiques et protestants pour évangéliser les Gabonais. En pratique, beaucoup de gens associent aujourd’hui une foi chrétienne à d’anciennes croyances autochtones.

 

Il faut noter le succès au Gabon de toutes sortes de sectes, notamment évangélistes, inspirées de modèles américains ou bien africains, y compris les Témoins de Jéhovah. Il

 

existe dans le pays une minorité musulmane composée essentiellement d’immigrés d’Afrique de l’Ouest. On peut supposer que la conversion d’Albert-Bernard Bongo à l’Islam dans les années 1970, lui a assuré une certaine reconnaissance, à cause des pays environnants. En marge des pratiques religieuses, à mi-chemin entre ésotérisme et réseau d’influence, on peut mentionner l’existence de la franc-maçonnerie au Gabon qui compte un nombre notable d’adeptes dans les milieux dirigeants. Il existe une Grande Loge du Gabon, appartenant à la même obédience que la GNLF (Grande Loge Nationale Française) et aussi un Grand Rite Equatorial Gabonais.

 

Le Gabon est un pays riche grâce aux ressources minières (dont le pétrole et l’or). Il apparaît donc comme un pays riche sans que, pour autant, son économie soit celle d’un pays développé. De nombreux problèmes touchent le pays, tels que l’augmentation du chômage, les détournements de fonds publics et la corruption. Les biens du pays sont dans les mains d’une minorité, tandis que la majorité vit dans la pauvreté.

 

Pourquoi nos trois sœurs sont parties au Gabon ? D’abord pour soigner le corps blessé,

 

car la famille rejette, par manque de moyen financier, leur membre touché par une maladie comme le sida. Deux de nos sœurs : sœur Illidia et sœur Paula sont infirmières, elles organisent un dispensaire pour recevoir les nécessiteux, qui n’ont pas d’argent pour se soigner. La troisième sœur Léokadia est catéchiste, elle organise des rencontres avec des enfants de tout âge, avec sa guitare et les chants elle annonce la Bonne Nouvelle - Jésus Christ.

 

mission 0062

 

 

 

 

A Notre Dame des Apôtres

 

Ô Marie,

Au matin de la Pentecôte,

Tu as soutenu par la prière

Le début de l’évangélisation entreprise par les apôtres,

 

 

Sous l’action de l’Esprit saint.

Par ta protection constante,

Continue de guider aujourd’hui aussi,

En ces temps d’appréhension et d’espérance,

Les pas de l’Église qui, docile au mandat de son Seigneur, nous pousse,

Avec l’heureuse nouvelle du salut,

Vers les peuples et les nations de toute la terre.

 

Oriente nos choix de vie.

Réconforte-nous au moment de l’épreuve,

Afin que, fidèles à Dieu et à l’homme,

Nous affrontions avec audace et humilité

Les sentiers mystérieux du ciel,

Pour porter à l’esprit et au cœur de chaque personne

La joyeuse annonce du Christ Rédempteur de l’homme ;

Ô Marie,

 

 

Étoile de l’évangélisation,

Chemine avec nous ! Amen.

 

Jean-Paul II

 

mission 0064

 

 

 

 

 

mission 0003

 

 

mission 0020

 

 

 

mission 0054

Repost 0
Published by Soeurs Franciscaines de N Dame des Douleurs - dans Mission au Gabon
commenter cet article

Présentation

  • : Congrégation des Soeurs Franciscaines
  • Congrégation des Soeurs Franciscaines
  • : Congrégation vouée au service des malades,fondée en Pologne en 1881.Diffuse en permanence L'apostolat dans différents pays.
  • Contact

Bienvenue-Witamy

 Pieta-01.jpg         Bonjour à tous -Witamy         
Bienvenue à tous et à toutes .Merci pour votre passage sur notre site.La congrégation des soeurs Franciscaines de Notre dame des Douleurs oeuvre avec volonté et acharnement pour soulager et accompagner les plus meurtris par la vie,en leur prodiguant les soins physiques et spirituels nécéssaires à leur bien-être.

Dziękujemy wszystkim odwiedzającym nasze stronice internetowe za poświecony czas na przeglądnięcie artykułów i zapoznanie się z naszym posłannictwem i misją w Kościele. Zgromadzenie Córek Matki Bożej Bolesnej zgodnie z charyzmatem Założycieli stara się służyć i pomagać ubogim,chorym i cierpiącym.
Zgromadzenie świadome ogromu pracy w tej dziedzinie, przychodzi z pomocą potrzebującym. Podejmuje dzieła z przekonaniem i oddaniem aby w miarę możliwosci poprawić i stworzyć lepsze warunki życia człowieka. 

Centre de soins infirmiers

      
Centre de soins infirmiers des Sœurs

29, rue du Marché
95160 Montmorency
Tel:01.39.64.75.40


Permanence au Centre:
de: 12h à 12h30
      16h à 17h
      19h à 19h30
Soins infirmiers à domicile sur RV

Place des Victimes du V2

95170 Deuil la Barre

Tel :01.39.83.15.52

 

Permanence :

de :   12h à 12h30

et de: 18h à 18h 30
Samedi et Dimanche sur RV

Soins infirmiers à domicile

Sur RV

Messes à Deuil et Montmorency

Messes dominicales à Deuil la Barre
Samedi à 18 h à Notre Dame

dimanche à 9h.30 
en l'église Notre Dame
Place des Victimes du V2
à 11h
en l'église Saint Louis
10 rue du Chateau

 

Messes dominicales à Montmorency

samedi à 18h30 à la Collégiale

dimanche à 10h

en l'église St.François

à 11h15

à la Collégiale

Visit from 10/09/07