Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2021 3 10 /11 /novembre /2021 21:56
A notre St. Martin de la Collégiale de Montmorency et de l'église de Groslay

2021 nov 11 Saint Martin et notre paix

"Martin sut longtemps à l'avance qu'il allait mourir, et dit à ses frères que la disparition de son corps était imminente. Auparavant, il dut aller visiter la paroisse de Candes, car les clercs de cette Église étaient divisés et il désirait y rétablir la paix. Il n'ignorait pas qu'il était à la fin de sa vie, mais ce motif ne l'empêcha pas de partir, car il estimait que ses vertus atteindraient leur accomplissement s'il pouvait rendre la paix à cette Église."

LETTRE DE SULPICE SÉVÈRE

Pour faire la paix sur la terre comme au ciel,

Le temps nécessaire est à prendre,

Et même la mort attendra.

Pour accomplir le désir divin,

Le temps nécessaire est à prendre,

Et même la mort attendra.

Pour être en paix avec soi-même,

Le temps nécessaire est à prendre,

Et même la mort attendra.

Combien de mourants attendent

Pour faire la paix sur la terre comme au ciel,

Combien de mourants attendent

Pour accomplir le désir divin,

Combien de mourants attendent

Pour être en paix avec eux-mêmes.

Nous sommes des témoins de cela chez nos proches,

Nous désirons la paix sur la terre comme au ciel.

Nous sommes acteurs de tout cela,

Nous désirons ce que Dieu désire.

Nous sommes artisans de paix en nous-mêmes,

Nous agissons pour notre propre bien.

Et la mort attendra

Ks. Remy Kurowski

Partager cet article
Repost0
3 avril 2021 6 03 /04 /avril /2021 21:17
Samedi Saint à l'église de Groslay - Wielka Sobota w Groslay 2021

Ce Samedi Saint, 3 avril 2021, dans l'après midi, a cause du couvre- feu à partir de 19 heures, nous nous sommes réunis en prière à l'église de Groslay pour célébrer la Vigile Pascale. La messe de la Résurrection sera célébrée demain à la Collégiale à 6.30.

 

     

Z powodu godziny policyjnej od godziny 19 tej we Francji, nabożeństwo Wielkiej Soboty zostało odprawione w kościele w Groslay po południu. Rezurekcja będzie o świcie w niedziele o godzinie 6.30 w Kolegiacie w Montmorency.

 

Samedi Saint à l'église de Groslay - Wielka Sobota w Groslay 2021
Samedi Saint à l'église de Groslay - Wielka Sobota w Groslay 2021
Samedi Saint à l'église de Groslay - Wielka Sobota w Groslay 2021
Samedi Saint à l'église de Groslay - Wielka Sobota w Groslay 2021
Samedi Saint à l'église de Groslay - Wielka Sobota w Groslay 2021
Samedi Saint à l'église de Groslay - Wielka Sobota w Groslay 2021
Samedi Saint à l'église de Groslay - Wielka Sobota w Groslay 2021
Samedi Saint à l'église de Groslay - Wielka Sobota w Groslay 2021
Samedi Saint à l'église de Groslay - Wielka Sobota w Groslay 2021
Partager cet article
Repost0
28 mars 2021 7 28 /03 /mars /2021 22:20
au Gabon

au Gabon

 

 

Dans le monde entier, le 28 mars 2021, le dimanche des Rameaux a été célébré solennellement, selon les coutumes du pays. Tous, nous avons commencé la semaine Sainte par l'entrée triomphale de Jésus dans Jérusalem. En vivant les moments difficiles de la Passion de Jésus, nous entrerons dimanche prochain dans la joie de sa Résurrection. Bonne route vers la fête de Pâques.


 

W niedzielę Palmową rozpoczęliśmy Wielki Tydzień. Jezus uroczyście wjechał do Jerozolimy, witany okrzykami Hossanna. Przed nami dni towarzyszenia Jezusowi w osamotnieniu i męce za nasze grzechy. Idźmy wiernie drogą cierpienia, aby spotkać się z Chrystusem Zmartwychwstałym, w radości poranka wielkanocnego, przy pustym grobie. Alleluja 

en Pologne, Skomielna Czarna

en Pologne, Skomielna Czarna

Dimanche des Rameaux dans le monde - Niedziela Palmowa w swiecie.
Dimanche des Rameaux dans le monde - Niedziela Palmowa w swiecie.
Dimanche des Rameaux dans le monde - Niedziela Palmowa w swiecie.
Dimanche des Rameaux dans le monde - Niedziela Palmowa w swiecie.
Dimanche des Rameaux dans le monde - Niedziela Palmowa w swiecie.
Dimanche des Rameaux dans le monde - Niedziela Palmowa w swiecie.
Dimanche des Rameaux dans le monde - Niedziela Palmowa w swiecie.
Dimanche des Rameaux dans le monde - Niedziela Palmowa w swiecie.
Dimanche des Rameaux dans le monde - Niedziela Palmowa w swiecie.
Dimanche des Rameaux dans le monde - Niedziela Palmowa w swiecie.
Partager cet article
Repost0
27 février 2021 6 27 /02 /février /2021 21:37
Pielgrzymka do Lourdes w czasie pandemi. Pèlerinage à Lourdes et la pandémie.

W tym roku 25 lutego 2021, w czwartek przypadła rocznica dziewiątego objawienia się Maryi Bernadetce w 1858 roku, dokładnie jak wtedy. Nie myślałam że Maryja nas zaprosi do Lourdes na ten jeden dzień, w którym wytrysło źródło wody, która obmywa człowieka z grzechu . Prosiła Maryja o pokutę w naszym życiu, w celu uproszenia zbawienia dla wszystkich ludzi. 

Miasto Lourdes opustoszałe. Nie ma życia, prawdziwa pustynia. Okres wakacyjny, wiec trudno było kupić bilety a jeszcze trudniej znależć nocleg bez wyżywienia, bo wszystkie hotele zamknięte.

Pojechałam z naszymi Siostrami z Polski, które towarzyszyly Matce Generalnej w podróży do nas samochodem dla przeprowadzenia wizytacji kanonicznej. 

Gdy dojechałyśmy do Lourdes, poszłysmy na nocleg do Sióstr "Córek Matki Bożej Bolesnej". Byłyśmy zdziwione , że i one maja Piete za Patronkę i duchowość św. Franciszka. Droga Krzyżowa zamknieta, tylko w piątek czynna. Msze św. tylko o 10 tej przy Grocie a w bazylice różańcowej o 8 rano i 11.15 z garstką ludzi . Różaniec o 15.30 transmitowany przez KTO. 

Sklepiki z pamiątkami w większości zamknięte. Nie ma chorych. Domy dla pielgrzymów niszczeją a są to ogromne gmachy na 400 łóżek dla chorych. Personel bez pracy,  

Pielgrzymka do Lourdes w czasie pandemi. Pèlerinage à Lourdes et la pandémie.
Pielgrzymka do Lourdes w czasie pandemi. Pèlerinage à Lourdes et la pandémie.
Pielgrzymka do Lourdes w czasie pandemi. Pèlerinage à Lourdes et la pandémie.
Pielgrzymka do Lourdes w czasie pandemi. Pèlerinage à Lourdes et la pandémie.
Pielgrzymka do Lourdes w czasie pandemi. Pèlerinage à Lourdes et la pandémie.
Pielgrzymka do Lourdes w czasie pandemi. Pèlerinage à Lourdes et la pandémie.
Pielgrzymka do Lourdes w czasie pandemi. Pèlerinage à Lourdes et la pandémie.
Pielgrzymka do Lourdes w czasie pandemi. Pèlerinage à Lourdes et la pandémie.
Pielgrzymka do Lourdes w czasie pandemi. Pèlerinage à Lourdes et la pandémie.
Pielgrzymka do Lourdes w czasie pandemi. Pèlerinage à Lourdes et la pandémie.
Pielgrzymka do Lourdes w czasie pandemi. Pèlerinage à Lourdes et la pandémie.
Pielgrzymka do Lourdes w czasie pandemi. Pèlerinage à Lourdes et la pandémie.
Pielgrzymka do Lourdes w czasie pandemi. Pèlerinage à Lourdes et la pandémie.
Pielgrzymka do Lourdes w czasie pandemi. Pèlerinage à Lourdes et la pandémie.
Pielgrzymka do Lourdes w czasie pandemi. Pèlerinage à Lourdes et la pandémie.
Pielgrzymka do Lourdes w czasie pandemi. Pèlerinage à Lourdes et la pandémie.
Pielgrzymka do Lourdes w czasie pandemi. Pèlerinage à Lourdes et la pandémie.
Partager cet article
Repost0
11 février 2021 4 11 /02 /février /2021 21:12
XXIX Światowy Dzień Chorych-m. Justyna Wydra
Dzięki wrażliwości i geniuszowi Św. Papieża Jana Pawła II możemy co roku obchodzić Światowy Dzień Chorego. Między innymi po to, aby na nowo dostrzec wartość i sens cierpienia w ludzkim życiu, by uczyć się nieść brzemię bólu, towarzyszyć, pomagać osobom powierzonym naszej opiece. Cierpienie pozostanie zawsze tajemnicą. Często stajemy onieśmieleni wobec ogromu bólu, bezradni i przerażeni wobec rzeczywistości i sensu choroby. Niekiedy nie znajdując słów niosących ulgę, pocieszenie, staramy się uszanować tajemnicę cierpienia milczeniem i cichym towarzyszeniem. Choroba, ból, są częścią ludzkiej egzystencji, ale nie są celem samym w sobie, najczęściej są okazją do przewartościowania życia, bodźcem do przemyśleń i właściwego ustawienia hierarchii wartości, czasem próby, która pomaga zrozumieć jego sens. Cierpienie przyjęte ma w sobie tajemniczą moc : uczy nas wolności, przypomina, że życie na ziemi jest nietrwałe, przemijające, kruche. Cierpienie uszlachetnia i umacnia w wierze. Patrząc wzrokiem wiary na krzyż Chrystusa odkrywamy, że każde cierpienie nawet to, które wydaje się być bezsensownym, może stać się drogą zbawienia, gdy cierpiący człowiek jednoczy się z cierpieniem Chrystusa, bezgranicznie ufa i powierza się Jego miłosierdziu. Zapewnia o tym św .Paweł w Liście do Rzymian: „ Skoro wspólnie z Nim cierpimy, to po to, by też wspólnie z Nim mieć udział w chwale. Sądzę bowiem, że cierpień teraźniejszych nie można stawiać na równi z chwałą, która ma się w nas objawić”(Rz 8,17-18). Niech zbawcza moc cierpienia uczyni go wielkim darem i łaską za sprawą, której możemy współuczestniczyć z Chrystusem w zbawieniu świata. W tym dniu dziękujmy Panu za nieocenioną łaskę i dar posługi wśród chorych w naszych wspólnotach, w szpitalach w Zakładach DPS, ZOL, OREW i domach prywatnych. Wszędzie tam, gdzie naszą fachową posługą, wrażliwością i obecnością możemy nieść ulgę, wspierać i pomagać znaleźć głęboki sens misterium cierpienia i choroby. Jesteśmy wdzięczne Wszystkim Tym, którzy z nami w tym dziele współpracują i w tym trudnym czasie pandemii coronavirusa z odwagą opiekują się niepełnosprawnymi i chorymi. Niech ten dzień będzie dla wszystkich jak zachęca Św. Jan Paweł II „..wyjątkową okazją do pogłębienia postawy wrażliwości, refleksji i czynnego działania w obliczu wielkiego misterium cierpienia i choroby.”
                                                                                                                     
 
             Z darem modlitwy
m. Justyna Wydra
Partager cet article
Repost0
7 août 2020 5 07 /08 /août /2020 18:14
Jubilé de 100 ans de notre patiente

Jubilé de 100 ans de notre patiente

Il est encore trop tôt pour résumer la période pandémique, mais il faut néanmoins examiner de près cette situation qui nous a surpris et qui persiste.

Nous sommes les Sœurs Franciscaines de N.D des Douleurs, nous travaillons comme infirmières pour les malades à domicile et en résidence pour personnes âgées à Montmorency et Deuil-la Barre. La pandémie nous a surprises par le fait que deux infirmières sont parties en vacances en Pologne et n'ont pas pu revenir pendant près de 2 et 3 mois, en raison de la fermeture des frontières. Elles étaient indispensables pour travailler, car les deux infirmières suivantes sont tombées malades du coronavirus. Deux autres, qui avaient été en contact avec des infirmières malades ont dû être mises en quarantaine et l'effectif a donc été réduit au minimum. La directrice est également tombée malade et les sœurs  ont continué à travailler avec beaucoup de mal. L'une des sœurs était très fatiguée, mais elle a travaillé et il s'est avéré plus tard, après avoir fait la recherche, qu’elle avait également le coronavirus mais elle ne le savait pas. Remerciant Dieu de n'avoir infecté personne.

Auprès des malades, les sœurs portaient des masques et des gants et faisaient une désinfection obligatoire des mains et, après le travail, une désinfection des vêtements, des chambres, des portables (avec des lampes ultra-violet). Nous avons fait très attention à ne pas être infectées et à ne pas infecter les autres. Les sœurs ont pris divers vitamines et fortifiants.

La peur a saisi tout le monde. Les familles n'avaient pas le droit de voir les leurs , les infirmières restantes étaient les êtres les plus proches, qui se voyaient confier des tâches supplémentaires grâce à des permissions de quitter leur maison. Premièrement, il était nécessaire d'apporter une aide psychologique, de calmer les personnes et de raviver l'espoir d'un avenir meilleur. Il n'y avait pas d’aides à domicile, de bureaux ouverts, de services techniques, rien ne fonctionnait. Faire les courses dans un magasin ou une pharmacie et même balayer la chambre ou réchauffer les aliments, c'était aussi le travail de l'infirmière, car il n'y avait pas de nourriture à la cantine, elle était distribuée dans les chambres, où chaque personne devait s'occuper de ses repas. Il était interdit de se réunir en groupe.

Les églises et les lieux de culte ont  été fermés. L'évêque du diocèse a publié une lettre interdisant le culte public. Il n'y avait pas non plus de messe à la chapelle des sœurs. Certains prêtres ont célébré la messe en privé, dans une église ouverte, de sorte que les gens y assistaient officieusement. Un des prêtres polonais célébrait la Sainte Messe à son domicile et des Polonais venaient même de Paris pour y participer. En cette période d'incertitude, les gens ont plus que jamais cherché l'aide de Dieu pour préserver leur équilibre et celui de leurs familles. Personne n'a été en mesure de répondre à la question de savoir ce qu’est et d'où vient cette maladie. Il y a eu un très grand nombre de morts. Nous n'avons perdu aucun patient dans cette épidémie, mais il y a eu beaucoup de cas dans les hôpitaux. Il n'était pas possible d'enterrer les morts, il fallait attendre des semaines pour le faire. Les familles ne pouvaient voir les leurs, même gravement malades et mourants, les gens ont quitté le monde dans la solitude.

La solidarité interpersonnelle, les signes de gentillesse et d’aide fraternelle ne manquaient pas non plus. Nous avons demandé à un plombier polonais de changer la chaudière d'eau pour une pensionnaire malade, car l'ancienne fuyait, il était impossible de laver la patiente et il n'était pas possible de trouver un ouvrier sur place.

En tant que communauté religieuse, nous nous sommes joints à la prière de toute l'Église pour demander la fin de la pandémie. Nous n'avons pas multiplié les prières supplémentaires, mais avons essayé d'offrir à Dieu des désagréments qui nous sont arrivés. Nos communautés de Deuiil et de Montmorency ont été aidées spirituellement par la célébration de la messe  à laquelle nous avons participé chaque jour, grâce à l'ouverture et à la confiance de nos prêtres, du curé français de Deuil et du recteur de la communauté pallottine polonaise de Montmorency.

Certes, grâce à l'aide de nos Fondateurs, nous n'avons pas ressenti la peur de l'épidémie, mais nous avons été submergés par la paix et la confiance que nous sommes en route pour aider ceux à qui nous sommes envoyés. Par notre charisme nous nous sentons proche des gens souffrants avec notre Patrone, la Mère Douloureuse sous la Croix du Christ.

 

 

Partager cet article
Repost0
6 août 2020 4 06 /08 /août /2020 00:41
Swietowanie Stu lecia niewidomej Pani u niej w domu.

Swietowanie Stu lecia niewidomej Pani u niej w domu.

Jest jeszcze za wcześnie, by dokonywać podsumowania okresu pandemii, niemniej jednak pokusić się trzeba i przyjżeć się z bliska tej sytuacji jaka nas zaskoczyła i nadal trwa.

Jesteśmy  Siostry Serafitki, pracujemy jako pielegniarki przy chorych po domach i w rezydencji dla starszych osób na terenie Montmorency i Deuil la Barre. Pandemia zaskoczyła nas tym, że dwie pielęgniarki wyjechały na krótki urlop do Polski i nie mogly wrócić prawie przez 2 i 3 miesiące z powodu zamkniętych granic.  Potrzebne były bardzo do pracy, gdyż dwie następne siostry pielęgniarki zachorowały na koronawirusa. Dwie inne co pozostały w kontakcie z chorymi pielęgniarkami musiały poddać się kwarantannie i tak effektyw zmniejszył się do minimum. Dyrektorka też zachorowała i resztkami sił siostry ciagły prace przy chorych z wielką ostrożnością i zachowaniem środków bezpieczeństwa. Jedna z sióstr bardzo była słaba ale pracowała i jak się okazalo później po zrobieniu badań i ona też miała koronawirusa ale nie wiedziała i Bogu dzięki, że nikogo nie zaraziła.

Urodziny Pani Drewniak

Przy chorych siostry nosiły maski, rękawiczki,obowiązkowa dezynfekcja rąk, po pracy odkażanie ubrania, komórek, pomieszczeń lampami kwarcowymi. Baczną uwagę kładłyśmy na to, by się nie zakazić i by innych nie zainfekować. Siostry zażywały różne witaminy i środki uodparniające.

Strach ogarnął wszystkich. Nie wolno było rodzinom widywać się z bliskimi, pozostały pielęgniarki jako istoty najbliższe, którym zlecono zadania dodatkowe a to dzięki pozwoleniom na wyjście z domu. Najpierw konieczna była pomoc psychiczna, uspokojenie ludzi i wskrzeszanie nadziei na lepsze jutro. Nie było sprzątaczek, biura zamknięte, service techniczny czy cokolwiek innego nie funkcjonowało. Zakupy w sklepie czy aptece a nawet pozamiatanie czy grzanie jedzenia to też przypadło w udziale pielęgniarce, gdyż nie było jedzenia na stołówce tylko rozdawane po pokojach, gdzie każdy musiał sobie radzić.Nie uświadczyło się krzesła ani stolu z Zakladzie, nie było na czym usiaść i był zakaz spotykania się w grupach.

Pierwsze  zamknięto kościoły i miejsca kultu. Biskup diecezji wydał pismo, gdzie zabronił publicznego sprawowania kultu. U sióstr w kaplicy też nie było mszy św. Niektórzy kapłani odprawiali mszę św prywatnie, przy otwartym kościele, więc nieoficjalnie ludzie w niej uczestniczyli. Jeden z polskich księży w swojej posiadłości odprawiał sobie mszę św i Polacy przyjeżdzali nawet z Paryża by w niej uczestniczyć. W tym czasie niepewności ludzie bardziej niż zwykle szukali pomocy u Boga, by ratować siebie i rodziny przed załamaniem. Nikt nie umiał dac sobie odpowiedzi na pytanie co to jest i skąd się  wzięła ta choroba. Ludzie umierali dziesiątkami. Myśmy nie straciły ani jednego chorego na tą epidemię, ale w szpitalach była katastrofa. Nie nastarczano chować zmarłych, trzeba było tygodniami czekać na pochówek. Do ciężko chorych i umierajacych nie dopuszczano rodziny, w samotności ludzie odchodzili z tego świata.

Rozmowa po polsku z Pania Wroblewska

Nie brak też było solidarności miedzyludzkiej, oznak życzliwości czy braterskiej pomocy. Wzywałysmy Polaka hydraulika, aby zmienił bojler na wodę chorej pensjonarjuszce, bo stary ciekł i nie dało się umyć chorej a o zakładowym robotniku nie było mowy.

Jako wspólnota zakonna, włączyłyśmy się w modlitwę wraz z całym Kościołem o ustanie pandemii. Nie mnożyłyśmy dodatkowych modlitw, ale starałyśmy się ofiarować Bogu w tej intencji niewygodności jakie nas spotykały. Nasze wspólnoty w Deuiil i w Montmorency, ratowała duchowo ofiara Mszy św. w której uczestniczyłyśmy codziennie, a to  dzięki otwartości i zaufaniu naszych kapłanów, francuskiego proboszcza w Deuil i rektora polskiej wspólnoty Pallotyńskiej w Montmorency.

Spotkanie w cieniu drzew

Napewno, dzięki pomocy naszych Założycieli, nie czułyśmy strachu przed epidemią, ale ogarniał nas pokój i zaufanie, że jesteśmy na drodze niesienia pomocy tym, do których jesteśmy posłane i  realizujemy nasz charyzmat bycia blisko cierpiących wraz z Bolesną Matką z pod krzyża Chrystusa.

 

Partager cet article
Repost0
11 mai 2020 1 11 /05 /mai /2020 00:03
Bp DEPO homilia 10.5.2020 na Wawelu

Partager cet article
Repost0
10 avril 2020 5 10 /04 /avril /2020 09:55

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2019 7 08 /12 /décembre /2019 22:39
Père Cantalamessa- Première prédication de l'Avent 2019

Père Cantalamessa : la disponibilité de Marie est un modèle pour tous les chrétiens

Le prédicateur de la Maison pontificale a délivré ce vendredi sa première prédication de l’Avent 2019 sur le thème «Bienheureuse celle qui a cru ! », avec une première étape sur Marie dans l’Annonciation, avant, le 13 décembre, une prédication sur Marie dans la Visitation, et enfin le 20 décembre, sur Marie lors de la Nativité.
 

«Chaque année la liturgie nous prépare à célébrer Noël par trois grands guides : Isaïe, Jean Baptiste et Marie : le prophète, le précurseur, la mère. Le premier l’annonça de loin, le second le montra présent dans le monde, la dernière le porta dans son sein. Pour l’Avent de cet an il m’a semblé bon de nous confier entièrement à la Mère», a expliqué le père Raniero Cantalamessa au début de sa première prédication en la chapelle Redemptoris Mater.

«Marie n’a pas célébré l’Avent, elle l’a vécu dans sa chair, a souligné le capucin italien. Comme chaque femme enceinte  elle sait bien ce que signifie être “dans l’attente” et peut nous inspirer à marcher vers Noël avec une foi pleine d’attente». La joie et la disponibilité de Marie lors de sa visite à Élisabeth sont totales. «À première vue, l’acte de foi de Marie fut un acte facile et qui allait de soi. Devenir mère d’un roi qui régnerait pour toujours sur la maison de Jacob, la mère du Messie ! N’était- ce pas le rêve de toute jeune fille juive ? Mais c’est là une manière de raisonner tout humaine et charnelle. La vraie foi n’est jamais un privilège ou un honneur, c’est toujours une certaine forme de mort.» 

La solitude de Marie dans son “oui” à Dieu

«Déjà sur le seul plan humain, Marie se trouve dans une totale solitude. À qui peut-elle expliquer ce qui est arrivé en elle ? Qui la croira lorsqu’elle dira que l’enfant qu’elle porte dans son sein est “l’œuvre de l’Esprit Saint” ? Cela n’est jamais arrivé avant elle et n’arrivera jamais après elle», a rappelé que le père Cantalamessa. Mais Marie a osé dire “oui” à Dieu, à l’encontre de toutes les traditions de la société de l’époque.

«L’acte de foi de Marie est un acte absolument personnel et unique, a détaillé le prédicateur. C’est l’acte de se fier à Dieu et de se confier complètement à lui. C’est une relation de personne à personne, et qu’on appelle la foi subjective. L’accent porte ici sur le fait de croire, plus que sur le contenu de la foi. Mais la foi de Marie est aussi très objective, communautaire. Elle ne croit pas en un Dieu subjectif, personnel, détaché de tout, qui ne se révélerait qu’à elle seule dans le secret. Bien au contraire, elle croit au Dieu de ses Pères, au Dieu de son peuple. Elle reconnaît dans le Dieu qui se révèle à elle, le Dieu des promesses, le Dieu d’Abraham et de sa descendance.»

Un exemple d’humilité pour tous les chrétiens

Cette attitude demeurent don un exemple d’humilité et d’objectivité pour tous les chrétiens actuels, qui doivent s’intégrer dans un histoire, dans une généalogie, et non céder à la tentation de se créer leur propre style de religiosité. «En m’unissant à la foi de l’Église, je fais mienne la foi de tous ceux qui m’ont précédé : la foi des apôtres, des martyrs, des docteurs. Les saints, ne pouvant emporter la foi avec eux au ciel où elle n’a plus raison d’être, l’ont laissée en héritage à l’Église.»

Le père Cantalamessa a donné un conseil pratique pour se situer dans la même dynamique que Marie, dans une relation dynamique avec Dieu : «après avoir prié, pour que cela ne reste pas un geste superficiel, dire à Dieu avec les paroles mêmes de Marie : “Me voici, je suis le ser­viteur, ou la servante, du Seigneur : qu’il me soit fait selon ta parole !”. Je dis “amen, oui, mon Dieu, à tout ton pro­jet, je te cède tout moi-même !”».

La foi est contagieuse

Ce défi d’une disponibilité totale à Dieu doit être relevé par les prêtres eux-mêmes, et c’est de cette disponibilité clairement exprimée et vécue que découle la fécondité de leur ministère. «Le signe essentiel, celui que les fidèles perçoivent immé­diatement chez un prêtre, un pasteur, c’est s’il “y croit” : s’il croit en ce qu’il dit et en ce qu’il célèbre. Celui qui, dans le prêtre, cherche Dieu avant tout, le perçoit aussitôt. Celui qui, chez le prêtre, ne cherche pas Dieu peut être facilement trompé et induire en erreur le prêtre lui-même, le laissant se croire important, brillant, en marche avec son temps, alors qu’en réalité, lui aussi, comme nous le disions dans le cha­pitre précédent, est un homme “vide”. Même l’incroyant qui s’approche du prêtre dans un esprit de recherche, saisit aussitôt la différence. Ce qui le provoquera et pourra le met­tre salutairement en crise, ce ne sont pas en général de savan­tes discussions sur la foi, mais la foi toute simple. La foi est contagieuse. On ne contracte pas une maladie contagieuse en entendant seulement parler d’un virus ou en l’étudiant, mais en entrant en contact avec lui. Ainsi en est-il de la foi», a expliqué le père Cantalamessa.

«La force d’un serviteur de Dieu est en proportion de la force de sa foi. Il nous arrive de souffrir et de nous lamen­ter dans notre prière : “Dieu, les gens abandonnent l’Église, ils restent dans le péché, pourquoi ?” Nous parlons et parlons, sans que rien ne change. Un jour les apôtres essayèrent de chasser le démon d’un pauvre enfant. Sans succès. Jésus, lui, chassa l’esprit mauvais, et les apôtres vinrent lui demander : “Et nous, pourquoi n’avons-nous pu le chasser ? Il leur dit : “A cause de la pauvreté de votre foi”», at-il souligné en citant le 17e chapitre de l’Évangile selon saint Matthieu.

C’est donc à ce défi de la foi, de croire vraiment, que Marie nous invite en ce temps de l’Avent. «Nous aussi, croyons, pour que ce qui est arrivé en elle arrive aussi en nous. Invoquons la Vierge Marie sous ce titre plein de douceur : Virgo fidelis, Vierge fidèle, prie pour nous !», a conclu le prédicateur.

source https://www.vaticannews.va/fr

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Congrégation des Soeurs Franciscaines
  • : Congrégation vouée au service des malades,fondée en Pologne en 1881.Diffuse en permanence L'apostolat dans différents pays.
  • Contact

Bienvenue-Witamy

 Pieta-01.jpg         Bonjour à tous -Witamy         
Bienvenue à tous et à toutes .Merci pour votre passage sur notre site.La congrégation des soeurs Franciscaines de Notre dame des Douleurs oeuvre avec volonté et acharnement pour soulager et accompagner les plus meurtris par la vie,en leur prodiguant les soins physiques et spirituels nécéssaires à leur bien-être.

Dziękujemy wszystkim odwiedzającym nasze stronice internetowe za poświecony czas na przeglądnięcie artykułów i zapoznanie się z naszym posłannictwem i misją w Kościele. Zgromadzenie Córek Matki Bożej Bolesnej zgodnie z charyzmatem Założycieli stara się służyć i pomagać ubogim,chorym i cierpiącym.
Zgromadzenie świadome ogromu pracy w tej dziedzinie, przychodzi z pomocą potrzebującym. Podejmuje dzieła z przekonaniem i oddaniem aby w miarę możliwosci poprawić i stworzyć lepsze warunki życia człowieka. 

Centre de soins infirmiers

      
Centre de soins infirmiers des Sœurs

29, rue du Marché
95160 Montmorency
Tel:01.39.64.75.40


Permanence au Centre:
de: 12h à 12h30
      16h à 17h
      19h à 19h30
Soins infirmiers à domicile sur RV

Place des Victimes du V2

95170 Deuil la Barre

Tel :01.39.83.15.52

 

Permanence :

de :   12h à 12h30

et de: 18h à 18h 30
Samedi et Dimanche sur RV

Soins infirmiers à domicile

Sur RV

Messes à Deuil et Montmorency

Messes dominicales à Deuil la Barre
Samedi à 18 h à Notre Dame

dimanche à 9h.30 
en l'église Notre Dame
Place des Victimes du V2
à 11h
en l'église Saint Louis
10 rue du Chateau

 

Messes dominicales à Montmorency

samedi à 18h30 à la Collégiale

dimanche à 10h

en l'église St.François

à 11h15

à la Collégiale

Visit from 10/09/07